« Maurice attend avec impatience le soutien de la Chine pour faire d’elle la première Cultural island city du monde », a affirmé le ministre des Arts et de la Culture, Mookhesswur Choonee jeudi, à l’occasion de son intervention au Business forum de la troisième conférence internationale chinoise, à Grand-Baie. Une initiative de la Fédération des Sociétés Chinoises avec le soutien du ministère des Arts et de la Culture.
Afin d’attirer l’investissement Chinois à Maurice pour faire du pays la cité-île de la culture, M. Choonee a énuméré une série de mesures que propose le gouvernement.
Sur le plan de l’industrie cinématographique, il indique que le GM a créé une Film commission nommée Mauriwood. Elle a pour tâche de promouvoir Maurice comme une destination de choix pour le tournage des films. « A package of incentives, including a grant scheme to the tune of 25 % of the qualifying investment is already in opération », ajoute M. Choonee. De plus, poursuit l’intervenant, Maurice étant en elle-même une « île studio », les réalisateurs sont invités à exploiter toutes les possibilités pour le développement de cette industrie. Il les encourage aussi à mettre en place des studios de production.
Évoquant l’idée de faire du triangle d’Ebène un couloir de médias numériques, il invite les Chinois à venir à Maurice pour le développer.
Le ministre des Arts et de la Culture annonce que l’intention du gouvernement de mettre en place une regional arts auction house. Elle servira de plateforme pour « boost trade in artworks ». Poursuivant dans cette optique, il évoque la possibilité de créer un entrepôt dans le Port Franc pour la vente et la distribution de travaux artistiques et culturels. « This platform will also act as a store for artworks in the region ».
En ce qui concerne l’industrie de la musique, il affirme que le gouvernement se propose de venir de l’avant avec une loi « to enable the establishment of a production and distribution base in Mauritius ».
Parlant des infrastructures existantes, M. Choonee souligne que Maurice compte le plus ancien théâtre de cette partie du monde. Selon lui, les « amis chinois », auront l’occasion de visiter les théâtres de Port-Louis et du Plaza, après quoi, poursuit-il, « I am sure that after these visits our Chinese friends would immediately offer their assistance to us ». Pour ce qui est des galeries à travers le pays, il indique qu’il y a de la place pour en accueillir d’autres plus modernes.
Mookhesswur Choonee soutient que d’autres possibilités existent. « They are only waiting for you to make the first leap », dit-il. La bonne nouvelle selon lui : « The arts and culture industry does not seem to experience recession as its contribution to GDP continues to flirt with double-digit figures ».
Pour le ministre des Arts et de la Culture, Maurice et la Chine ont une vision partagée qui remonte au début de l’établissement des liens diplomatiques soit en 1972, à un moment où les sentiments du monde vis-à-vis de la One China policy étaient mitigés et que Maurice n’avait pas hésité à soutenir cette politique. « I have no doubt that the relations between our two republics will continue to blossom in the future », affirme-t-il.