Poursuivi sous une charge de “Drug Dealing : Cultivating Cannabis Plants” en Cour intermédiaire, un habitant de Solférino, Vacoas, a été reconnu coupable par le magistrat Raj Seebaluck. Le 10 octobre 2012, il avait été arrêté en possession de plusieurs plants de cannabis d’une valeur de Rs 45 000 aux alentours du MSIRI à Belle-Rive. Il avait concédé qu’il cultivait du cannabis pour le revendre car il était sans emploi. La sentence sera connue ultérieurement.
L’accusé marchait le long d’un champ de cannes à Belle-Rive quand il a été intercepté par l’ADSU. Il portait un sac dans lequel se trouvait une boîte contenant plus d’une vingtaine de plants de cannabis. À son arrestation il avait déclaré qu’il les plantait car il n’avait pas de travail. Les policiers qui l’avaient arrêté avaient confirmé en cour que son arrestation avait eu lieu dans le champ de cannes à Belle-Rive et que par la suite une fouille avait été effectuée à son domicile à Solférino. Cependant, en cour l’accusé devait contester ses dépositions données à la police, soutenant qu’il avait été arrêté à Vacoas et non à Belle-Rive, après que quelqu’un eut informé la police qu’il plantait du cannabis chez lui. Il avait alors nié les accusations portées contre lui, soutenant que les dépositions enregistrées par la police étaient fausses et qu’il les avait tout simplement signées sans avoir l’occasion de les lire. Après avoir écouté les deux versions, le magistrat Raj Seebaluck est arrivé à la conclusion que les deux policiers qui l’avaient arrêté avaient témoigné de façon claire et cohérente quant à la chronologie des événements ce jour-là, alors que la version de l’accusé était différente à chaque fois. Le magistrat estime que l’accusé en donnant une fausse version a essayé d’induire la Cour en erreur et s’est dit convaincu de sa culpabilité. « It is clear that the accused has tried to be smart in an attempt to bail himself out from the present case. Obviously, he came up with a cooked up story that he was never arrested at Belle Rive and it was at Vacoas that his arrest took place after another person had placed the cannabis plants at his place. Moreover, he agreed during his crossexamination that he was in custody from 10/10/2012 to 18/11/2012. He further accepted that during his appearance before the Moka District Court he had made no complaint against the police nor did he make any complaint at the prison regarding the untruthfulness of his statement », a observé le magistrat.