Le Centre lusophone des Mascareignes qui a été lancé au début du mois se propose de propager la langue portugaise à Maurice. Une demande officielle dans ce sens a été faite auprès du ministère des Finances.
« Nous serions heureux d’aider le ministère de l’Éducation à faire connaître la langue portugaise à Maurice, celui de la Culture à répandre le sens artistique lusophone et assister notre ministère des Affaires étrangères à établir des contacts de qualité avec d’autres pays lusophones », a déclaré le président du centre, Alain Laridon, lors de la cérémonie du lancement.
Il s’agit, a-t-il soutenu, de faire tout ce qui sera possible pour améliorer l’entente et la compréhension entre les peuples, parfois rendues difficiles par la barrière de la langue.
En dehors du Portugal, le portugais est parlé en Angola, en Guinée Bissau, en Guinée Équatoriale, au Mozambique, à Sao Tomé-et-Principe, au Timor Oriental, à Goa et Macao et au Brésil, qui accueille l’année prochaine la Coupe du Monde de football.
Le Centre lusophone des Mascareignes a été lancé en marge de la Journée internationale de la Culture lusophone, proclamée par la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP).
Maurice fait partie de la CPLP en tant que Membre Observateur.
« Le Centre Lusophone des Mascareignes est une nouvelle association, mais l’influence portugaise sur notre île et notre région date de plusieurs siècles », souligne Alain Laridon. Cette région du sud-ouest de l’océan Indien est d’ailleurs connue comme les Mascareignes du nom du navigateur portugais du 16e siècle Dom Pedro de Mascarenhas.
« Nos objectifs sont de propager à Maurice tout ce que le Portugal et les autres pays lusophones ont à nous montrer de beau et de bon. Nous désirons favoriser les liens d’amitié et les échanges entre notre République et ces pays, afin que chacun puisse profiter des bonnes valeurs que l’autre pourrait lui transmettre », souligne Alain Laridon, qui a été jusqu’à tout récemment ambassadeur de Maurice au Mozambique.