« Nous sommes dans une période de crise et peut-être à l’orée d’une nouvelle Renaissance… Les renaissances sont toujours nées dans des périodes de crise… Aujourd’hui, de quoi la France a-t-elle besoin ? elle a besoin d’une communion par la culture et de ce nouveau pouvoir qui n’est que le partage du savoir… » Gonzague Saint Bris, le verbe haut et porté par son élan, croit fermement en la culture. A Maurice, il évoque la culture drone, « le moyen de prouver que plus on va vers l’avenir, plus on est armé technologiquement pour restituer le passé… le drone donne une vision nouvelle du passé… » C’est ce qu’il a déclaré jeudi soir dans un entretien à Week-End avant la projection de « Histoires Drones », 16 courts métrages présentés à l’Institut français de Maurice.
Gonzague Saint Bris, homme du monde, écrivain, historien, journaliste, auteur de 50 ouvrages, Prix Interallié 2002 et Président fondateur de La Forêt des livres, retrace avec la verve qu’on lui connaît (dans une nouvelle création audiovisuelle), une partie de « CULTURE DRONE ». Des portraits des plus beaux monuments de France pour la promotion de la culture pour tous et de la France à l’étranger. En 2 minutes 30 sont racontés, par un commentaire rapide soulignant des images jamais vues, aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur, précise-t-il, de Versailles des Invalides, Chambord, Chaumont ou les demeures d’écrivains : du Combourg de Chateaubriand au Château de Saché de Balzac en passant par la Devinière de Rabelais. Ayant créé la société Culture Drone, Gonzague Saint Bris produit et réalise, fait lui-même la lecture de ses clips nouveaux destinés aux chaînes françaises et à la diffusion sur les télévisions étrangères pour « faire entrer les visiteurs en France, voir les châteaux… ».
Les avantages des images prises par le drone, plate-forme volante, permettent un survol inédit des beautés du patrimoine conforme à l’esprit de Léonard de Vinci : « il est la cage ouverte où l’on apprend l’oiseau ». Gonzague Saint Bris met l’imagerie aérienne au service de la culture avec sa collection de 30 clips « Culture Drone, les châteaux qui font la France ». Il est accompagné dans ce travail par un télé pilote spécialiste du drone. Ces programmes au service de la valorisation et de la sauvegarde du patrimoine français sont un bel exemple de l’innovation au service de la tradition. C’est le numérique au service de l’histoire. Les clips de cet homme de communication ont été présentés à l’Exposition universelle de Milan en 2015.
Loin des idées reçues, élevé dans la maison de Léonard en Touraine, il nous dit que sa vocation, c’est d’aller vers les gens. Rappelons qu’il fait partie d’un programme de lutte contre l’illettrisme. Il y a trente ans, Gonzague Saint Bris avait créé les premiers « clips culturels » en utilisant les images de synthèse. Il avait été nommé au ministère de la Culture et de la Communication, chargé de mission pour les Nouvelles Images. Ses clips « Cocteau, poète graphique », « Proust, la mémoire courte », « Vinci XXIe siècle », « Monet à Giverny » et « Villa Ephrussi de Rothschild », le rendez-vous de l’Europe des cultures avaient été diffusés cinq fois sur cinq chaînes. Aujourd’hui, Gonzague Saint Bris, qui a toujours le souci d’allier tradition et innovation présente en terre mauricienne 16 courts métrages, une sorte de visite virtuelle et aérienne des monuments français et des maisons qui portent de grandes signatures. Succès donc puisque son point de vue différent sur le patrimoine historique et culturel de la France a été bien accueilli.
Enthousiaste, Gonzague Saint Bris nous révèle qu’il est en visite à Maurice pour des repérages et un projet à présenter pour un clip « Culture Drone » présentant l’île à travers les textes de ses écrivains, Baudelaire, Chazal, Le Clézio, entre autres. Pourquoi pas une adéquation entre des phrases de Chazal et voir défiler des montagnes, les plantations ? En somme sa vision de Maurice comme modèle de coexistence de diverses cultures.