Le ministère des Arts et de la Culture a doublé le « grant » accordé aux artistes pour leurs projets. La somme est passée de Rs 15 000 à Rs 30 000 à la suite d’une  requête de l’Association des auteurs compositeurs mauriciens. L’association s’attend maintenant à la révision des critères pour la participation des artistes mauriciens dans un événement d’envergure internationale.
Mise en place il y a quelques mois à peine, l’Association des auteurs compositeurs mauriciens (AACM) est parvenue à faire entendre sa voix auprès des autorités. Il y a un mois, des représentants de l’AACM, dont Jean-Jacques Arjoon et Bruno Raya, ont eu une réunion de travail avec le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee. Plusieurs requêtes et suggestions sur le nouveau Copyright Bill ont été présentées.
Une première retombée est intervenue cette semaine : le grant accordé aux artistes pour réaliser leurs projets (CD, livres, etc) passe de Rs 15 000 à Rs 30 000. « Initialement, le ministère voulait accorder Rs 25 000, mais nous avons insisté pour une hausse de 100 %, compte tenu des frais réels pour la réalisation des projets. »
L’AACM dit accueillir favorablement le projet de création d’un espace artistique présenté dans le discours-programme et intitulé AGORA. Selon le concept, il est question d’un centre multiplexe où les artistes de différentes expressions pourront se produire et enregistrer leurs produits musicaux. « D’après le ministère, ce projet serait lancé en 2013… Nous allons suivre les évolutions de près », insiste Jean-Jacques Arjoon.
De même, l’AACM attend avec impatience la réouverture du stade Anjalay pour les concerts.  Mookhesswur Choonee a affirmé qu’il s’occupe du dossier et que la collaboration d’un expert britannique sera recherchée pour voir comment l’espace peut être recouvert pour les concerts. Dans le même ordre d’idées, le ministère travaille sur un Memorandum of Understanding (MoU) avec le Mahatma Gandhi Institute afin de faciliter l’accès aux artistes à sa salle.
L’AACM a également eu une réunion de travail hier avec les conseillers du ministre des Finances Xavier-Luc Duval. Il a été question des frais réclamés aux artistes lorsqu’ils voyagent avec un instrument en plus, ainsi que de la révision des tarifs pour la collection des droits d’auteur. L’AACM a fait part de son mécontentement au sujet de la carte Grat Séga, émise par la Loterie nationale.
« Il n’est pas normal qu’un patrimoine soit associé au jeu de hasard et il n’est pas normal qu’on se serve d’un patrimoine construit par les artistes sans qu’ils en perçoivent quoi que ce soit », s’est insurgé l’AACM. Les doléances de l’association ont été notées par le ministère des Finances.
L’AACM compte rencontrer les responsables de Mauritius Telecom pour discuter des téléchargements illégaux.