Mary Shelley imagine Frankenstein il y a deux siècles, au coin du feu, pour combler l’ennui de quelques soirées d’hiver entre amis. Cela débute dans la nuit du 16 juin 1816. Les poètes Lord Byron et Percy Shelley devisent dans une grande villa des bords du lac Léman, en Suisse. C’est alors qu’elle eut l’idée de coupler ses lectures avec ses propres tourments. Le monstre de Frankenstein sera cependant dénaturé par le cinéma.
Pour passer le temps, des jeunes gens entament un concours d’histoires macabres sur une suggestion de Lord Byron : “We will each write a ghost story.” C’est ainsi que la maîtresse de Percy Shelley, Mary Godwin (future madame Shelley), raconte l’histoire du docteur Victor Frankenstein, qui tenta de créer la vie à l’égal de Dieu. L’histoire lui est inspirée par la vie d’un alchimiste allemand, Konrad Dippel. Elle prend forme par la suite, après que la jeune fille a passé par une épreuve douloureuse et quelques nuits cauchemardesques. Ces événements déboucheront sur la publication du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne. L’un des grands mythes de l’Occident contemporain et une mine intarissable pour les scénaristes du septième Art. Voici l’histoire originelle.
Lors d’une expédition vers le pôle nord, Robert Walton et son équipe trouvent un certain Victor Frankenstein. Ce dernier est né à Genève. Étant passionné de philosophie naturelle, il lit beaucoup de livres à ce sujet, et va à l’école d’Ingolstadt, où il veut poursuivre ses recherches sur la pierre philosophale. Il trouve alors le moyen de donner la vie. Il se donne corps et âme à cet objectif mais crée un monstre. Il en devient complètement fou et sa famille s’inquiète. Un jour, son frère William meurt, étranglé dans les bois. Victor est persuadé que c’est le monstre qui est responsable.