Des membres de la communauté rastafari au centre social Marie Reine de la Paix

Les membres de la communauté rastafari à Maurice s’insurgent contre la « discrimination » dont ils disent être victimes et appellent à « une meilleure compréhension» de leur culture.

L’association socioculturelle Zenfan Zion a tenu un point de presse au centre social Marie Reine de la Paix pour faire part « d’injustices » liées à leur culture et du besoin de « changer les mentalités ». « Moris pann fer auken etid lor kanabis ziska zordi. Section 30 Dangerous Drug Act li anticonstitusionel e ena violasion plizier artik pakt inernasional drwa economik, social ek kiltirel ki Moris inn signe kan aret nou kan nou pe pratik nou kiltir », avance Juge Gerard, qui fait face à la justice après avoir été arrêté avec du cannabis.

Il est d’avis qu’il y a « violation » de ses droits fondamentaux car il n’aurait pas été autorisé à présenter des documents pour sa défense lors de son procès. La communauté rasta compte saisir la Cour suprême en logeant une plainte contre l’État et contre le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth « kinn blasfem nou relizion lor enn evenma kiltirel resaman ». Wendy Ambroise, connu sous le nom de Jahfazon, dit, lui, lui qu’il faut « clarifi er la situation » sur la culture rastafari. « Section 6 Constitusion garanti pratik kiltir kiltir, relizion. Li san dout akoz sa kinn ray sarz kont nou apre sa ka kan nou ti pe fer laprier Zardin Kompani. »

Siva Pareemanun plaide pour sa part pour « le droit à la culture ». Selon lui, « pa kapav trait nou de trafi kan », disant ensuite déplorer « l’ignorance » sur le gandia. « Bizin rapele ki gandia ti legal en 2008. Kan ti legal, ti ena mwin maladi, sosiete ti viv bien. Aster kan li nepli legal, ena tou kalite ladrog pe sirkile, pe fer plis ditor la populasyon. Bisin aret rasism ek discriminasyon anver rasta », dit-il, avant de de rappeler les « persécutions », évoquant notamment des descentes des autorités dans leurs lieux de culte pour leur « prendre nos terrains ». L

a communauté rastafari dit espérer que « les mentalités changeront » et qu’ils « seront traités comme des humains ».