Malgré les aléas et les incertitudes internationales, l’île Maurice a su mettre en oeuvre une véritable politique du tourisme favorisant le développement d’un pilier économique à part entière. Ce tourisme est cependant très axé sur la plage et le shopping dans notre pays. En complément des efforts louables du gouvernement pour le développement de l’artisanat,  notre patrimoine historique, architectural, artistique, littéraire, naturel et festif gagnerait à être davantage valorisé et exploité sur le plan touristique. Le potentiel de développement du tourisme culturel à Maurice est d’autant plus important que ce secteur connait une croissance pérenne depuis plusieurs années dans le reste du monde. Aussi une réflexion de fond pour une plus grande intégration de la culture  et de notre patrimoine au tourisme, associant l’état, les acteurs économiques privés, les tour-opérateurs, les intervenants du milieu associatif et les ONG serait souhaitable. De plus, la valorisation de notre patrimoine culturel renforcera le sentiment d’appartenance nationale tout en mettant en exergue l’identité des groupes et des individus qui composent notre société. Le patrimoine est sans conteste une source de cohésion sociale et de fierté de soi, un moyen de s’enraciner dans le passé et de se projeter dans l’avenir. Outre la création de biens culturels pour les mauriciens et les touristes, l’exploitation d’une approche intégrée culture & tourisme sera génératrice d’emplois et de retombées économiques directes pour les populations locales.  Je propose ici quelques pistes de réflexion concernant cette intégration tourisme & culture.
Le développement de la nouvelle infrastructure aéroportuaire est déjà un signal fort du gouvernement. Les nouveaux axes routiers facilitent grandement l’accès aux différentes parties de notre île et favorisent de ce fait la découverte de notre patrimoine. La mise en place d’un ministère unique du tourisme et de la culture serait un autre signal fort du gouvernement de sa volonté d’intégrer ces deux aspects et d’inciter des opérateurs économiques à ajouter ce créneau à leurs offres de service actuelles. Soutenu par un plan directeur du tourisme mobilisateur, les secteurs de l’éducation, de la communication, du bâtiment et travaux publics et de l’économie touristique seraient favorablement  impactés:
1.       La mise en place d’un tourisme patrimonial matériel et immatériel sous-entend la participation d’acteurs formés à la fois en études patrimoniales et culturelles, au tourisme et à la gestion des PME. Cette facette pédagogique, qui n’est pas suffisamment développée à Maurice, offre de nouvelles opportunités dans le secteur de l’éducation (à court terme pour Maurice, à long terme comme pôle de formation pour l’Afrique).
2.       Le tourisme mauricien étant orienté vers l’étranger, des moyens efficaces de promouvoir notre patrimoine culturel à des fins touristiques devront faire appel aux technologies de la communication de façon avancée, le simple website statique étant insuffisant de nos jours. Une  politique commerciale novatrice qui incite les touristes préparant leur voyage sur Internet à découvrir ce patrimoine sera requise. Cette politique mise en oeuvre avec des partenaires technologiques locaux constituera l’opportunité d’une montée en gamme de service de ces derniers.
3.       L’aménagement des sites patrimoniaux sera également l’occasion de développer une expertise locale relative à la restauration du patrimoine.  Cette expertise pourrait s’exporter au niveau régional.
4.       L’exploitation de niches touristiques telles que le tourisme solidaire, rural, l’écotourisme ou l’éthnotourisme n’exige pas forcément d’importantes infrastructures et favorisera l’accroissement du nombre de petits entrepreneurs tout en générant des retombées importantes pour les populations locales.
Augmenter et diversifier notre économie touristique tout en assurant un développement durable de celle-ci, éviter les surcharges côtières, tel devrait être l’enjeu de cette politique tourisme & culture à venir pour notre pays.
L’avenir du Tourisme est lié à celui de la culture ; l’avenir de la culture est en relation avec celui du tourisme …. Ainsi nous, Mauriciens, nous arrêterons d’étaler la …. confiture de notre culture !