photo d'archives
  • Hausse constante des prix de légumes
  • La possibilité de pénurie artificielle pas à écarter

Les champs de légumes ont encouru un dommage variant entre 35% et 40%. C’est ce qui ressort de la dernière évaluation effectuée dans les champs les 3 et 4 janvier. Ces dommages ont été causés par des flétrissures bactériennes et l’effet se fera sentir sur les prix des légumes sur le marché.

L’Association des petits planteurs lance un appel aux consommateurs, leur demandant de ne pas acheter des légumes en grande quantité en raison d’une chute de production pour éviter une pénurie artificielle sur le marché local.

Kripalloo Sunghoon, président de l’association des petits planteurs, explique qu’une évaluation dans les champs de légumes a été effectuée, surtout après le passage de la tempête tropicale Calvinia la semaine dernière. « Nous avons effectué une évaluation dans les champs de légumes et une étude sur le marché les 3 et 4 janvier. Nous avons pu constater que les plantes fruitières ont été endommagées entre 35% et 40%. Les champs de piments, d’aubergines et de tomates ont été affectés par la flétrissure bactérienne et toutes les plantes sont en train de mourir », explique Kripalloo Sunghoon.

Les plantes les plus affectées sont les épices, le cotomili, le thym, le voème et les lianes. « Des zones inondées sont toujours signalées dans plusieurs endroits. Le taux d’infection fongique est encore très élevé et la présence d’anthracnose a été signalée dans les régions de l’est et se manifestera bientôt dans la région nord. La baisse de la pollinisation affectera l’approvisionnement sur le marché.

Le manque de légumes sur le marché durera au moins un mois. L’approvisionnement diminuera progressivement dans les prochains jours, car la plupart des légumes ont déjà été récoltés et les nouveaux mettront du temps à réapparaître. Par ailleurs, le manque de main-d’œuvre et l’invasion des mauvaises herbes n’aideront pas à améliorer la situation », avance le président de l’association.

Une hausse des prix des légumes « n’est pas à écarter » selon l’association des petits planteurs. Les consommateurs sont conseillés de ne pas acheter des légumes plus qu’ils en ont besoin pendant les prochains jours. Cela permettra d’éviter une pénurie artificielle sur le marché local.