Engagée dans un concours de culturisme de renommée internationale sous l’égide de la FIBO, avec plus de 11 000 participantes à travers l’Europe, Deepa Muscke s’est particulièrement distinguée. Engagée dans la catégorie bikini, cette culturisme d’origine mauricienne et mariée à un Allemand a pu parvenir parmi les dix meilleures en finale. Lors de cette finale tenue à Cologne en Allemagne, elle s’est retrouvée au quatrième rang. Une performance qui l’encourage à continuer dans cette voie, d’où son éventuelle participation à la Nuit des Champions des îles prévue à Maurice le 15 novembre prochain.
Rien ne prédestinait Deepa Muscke (née Luchmun) à une telle carrière. « J’étais obèse et je manquais d’endurance », souligne celle qui a grandi à Vacoas avant d’entamer des études universitaires en Australie. Ce sera finalement au Preetam Barbell Gym, dirigé par Preetam Ramtohul, qu’elle effectuera ses premiers pas. Par la suite, elle se perfectionnera à l’Empire Gym et au Body Fit Gym, tous deux situés à Quatre-Bornes, avant de mettre le cap sur l’Allemagne. De là, elle suivra des directives, à distance, du champion de lancer Elvino Pierre-Louis, tout en étant suivi par un nutritionniste et un entraîneur spécialisé pour les poses sur scène.
Aujourd’hui âgée de 35 ans, Deepa Muscke a gagné en maturité et ne se fait plus aucun complexe. « Ce n’était guère évident de voir une Mauricienne émerger au cours d’une compétition internationale. Je suis donc fière de ma prestation et je compte évoluer chez les pros au cours des trois prochains mois avant de revenir à Maurice en novembre », avance-t-elle. Une performance qu’elle a pu accomplir à travers une préparation intense, avec un minimum d’entraînement de trois heures par jour. Tout en bénéficiant du soutien d’Airbus, compagnie pour laquelle elle travaille, Deepa est donc à la recherche d’une licence professionnelle afin de participer à un maximum de compétitions organisées par la Fédération internationale de culturisme.
Toutefois, le but ultime sera pour elle de briser un tabou. « Je veux encourager et aider d’autres filles dans cette voie. Il faut qu’elles sachent se maintenir, qu’elles fassent du sport, soient disciplinées et puissent mener une vie saine ». Reste qu’elle s’attend que les autorités concernées leur apportent leur soutien voulu. « Avec ce soutien, ce sera encore plus motivant », fait-elle ressortir. Partie de nulle part, Deepa Muscke a donc su montrer la voie. Une façon de prouver que la fortune sourit aux audacieux.