Le leader de l’Alliance gouvernementale, Navin Ramgoolam, a fait son entrée dans la campagne électorale pour mobiliser les rouges et bleus en vue du congrès prévu cet après-midi à l’Hôtel de ville de Curepipe dans la perspective des élections municipales de dimanche prochain.
« L’enjeu de ces élections est le choix entre les passéistes et les modernistes », a lancé le Premier ministre aussi bien à Cité Atlee qu’à Quatre-Carreaux à Eau-Coulée, tous deux des arrondissements de la ville de Curepipe.
C’est en compagnie d’Arvin Boolell, responsable de la campagne de l’alliance Ptr/PMSD à Curepipe, et de Michaël Sik Yuen, entre autres, que Navin Ramgoolam a entamé sa campagne à Cité-Attlee. Suivi d’un grand nombre de partisans rouges et bleus il s’est dirigé vers la résidence de la famille Hortense où il s’est adressé aux personnes présentes. Il a promis la construction prochaine d’un centre polyvalent, la création d’un terrain de volley-ball et d’une grotte, entre autres. Le PM a justifié la présentation d’une nouvelle équipe à cet arrondissement curepipien « parce que nous voulons montrer que nous avons une nouvelle vision ». Il s’est ensuite rendu à Quatre-Carreaux à Eau-Coulée où toujours en compagnie d’Arvin Boolell, de Michaël Sik Yuen et de Satish Faugoo, entre autres, il a parcouru une cinquantaine de mètres jusqu’à la résidence de la famille Dowdaree où il s’est adressé à l’assistance. Il a d’emblée critiqué le gouvernement MSM/MMM de 2000 à 2005. « Malgré le fait que le pays n’était pas au bord du précipice, que la mer était calme, sans aucun cyclone en vue, ce gouvernement n’a pu réaliser qu’une croissance de 2,3 %. Ils ont augmenté la TVA deux fois. Ils ont commencé à couper les pensions et aujourd’hui malgré la récession qui prévaut en Europe, grâce au budget présenté par le ministre des Finances Xavier-Luc Duval préparé conjointement avec moi, le pays a fait une croissance de 3,4 % », a lancé le Premier ministre. « Aujourd’hui Anerood Jugnauth prétend qu’il veut sauver le pays. Ce n’est pas le pays qu’ils veulent sauver. Li pe sauve so piti ek so camp familial ». Navin Ramgoolam est revenu sur l’affaire MedPoint et la démission des ministres MSM. Il a accusé l’ex-président de la République de lui avoir demandé de ne pas aller de l’avant avec l’enquête de l’ICAC. « Si ou le lager contre corruption bizin lager contre corruption partout. Celui qui croit qu’il va mettre le couteau sous ma gorge n’existe pas. Sir Anerood Jugnauth n’est pas intéressé à servir les municipalités mais est intéressé à se servir de vous comme tremplin ».
Navin Ramgoolam a expliqué qu’il est entré dans la campagne électorale « parce que j’ai besoin de vous ». « C’est la raison pour laquelle je suis descendu sur le terrain ici. J’ai confiance en vous », a-t-il dit avant de demander de voter en faveur des trois candidats de l’alliance Ptr/PMSD. Pour lui l’enjeu dans ces élections est clair. « Le choix est entre les passéistes et les modernistes avec d’un côté des gens tournés vers l’avenir et de l’autre ceux qui parlent du même système qu’avant, à part les palabres. Donnez-moi une seule suggestion faite par le MMM pour le budget ».
Le PM a, d’autre part, observé que le MSM n’est à aucun moment intervenu dans la PNQ du leader de l’Opposition consacrée à l’affaire bois de rose. Il a allégué que Hemant Bangaleea, actuellement en détention pour une affaire d’escroquerie, était un agent du MSM, en particulier du ministre Sajadah, avant de se joindre au Ptr. Navin Ramgoolam a finalement qualifié les élections municipales de décisives. Il a conclu en affirmant que toutes les accusations portées contre le ministre des Administrations régionales Hervé Aimée sont fausses et que ce dernier a porté plainte contre son détracteur. Le Premier ministre compte faire plusieurs sorties politiques ce soir dans plusieurs villes notamment à Curepipe et à Trèfle.