« Ce matin, le problème de parking existait toujours et le bâtiment du Forum était toujours accessible aux véhicules alors qu’il représente une véritable menace pour la sécurité », ont lancé des marchands lors d’un sit-in. Ils protestent contre leurs conditions de travail sous la structure temporaire installée sur l’aire de stationnement du bâtiment. Pointant du doigt les promesses « non respectées » du maire de Curepipe, ils menacent d’aller écouler leurs produits sous l’ancien bâtiment et devant la municipalité.
« La situation se dégrade ici. Nous constatons que nos revendications n’ont pas été prises en considération. Nous accorderons à la municipalité le délai qu’il nous a réclamé en vue d’améliorer nos conditions de travail. Au cas contraire, nous retournerons au Forum pour y travailler. Si nous n’obtenons toujours pas gain de cause, nous vendrons nos produits sous les fenêtres du maire », ont fait comprendre des marchands ce matin. Selon ces derniers, le motif de cet exercice de transfert sous une structure temporaire installée sur l’aire de stationnement résulte avant tout du danger que représente l’ancienne bâtisse pour ses utilisateurs. Or, depuis samedi, ce même bâtiment est utilisé en guise de parking par des visiteurs et maraîchers. « Li intolerab. Batiman-la pa asire. Si ene dimoun blese, ki sann-la ki pou responsab ? Si ene feray tombe, ki sann-la pou dedomaz bann proprieter vehikil ? » se demande Nazir Abdoola, marchand et négociateur. Dans un premier temps, explique ce dernier, « la municipalité aurait pu mettre un panneau pour indiquer l’interdiction de stationnement ». Tout semble pourtant indiquer que la municipalité avait prévu d’utiliser l’ancien bâtiment comme parking. La preuve : des rampes en goudron ont été improvisées pour donner accès aux véhicules et des panneaux de stationnement ont été placés dans le bâtiment. Ce matin, une centaine de véhicules étaient stationnés dans ledit bâtiment alors qu’une cinquantaine d’autres étaient garées devant la structure temporaire, obstruant ainsi l’entrée principale.
Revendications
Parmi leurs revendications, outre l’aménagement d’une zone de déchargement, les marchands demandent l’évacuation de l’eau de pluie, la mise en place d’un plus grand espace de travail et l’élargissement et la création de nouveaux couloirs pour permettre aux passants de circuler. Annauth Bindomatee, ayant obtenu le “stall 97”, explique ne pas pouvoir placer son étal parce que son lieu d’opération est occupé par une colonne. Un autre marchand avance : « Mo bisin sanz plas travay. Me le problem, se ki mo bisin deplas mo bann striktir. Me mem sa li vinn dificil pou moi parski oter batiman-la pa parey partou. » Le bâtiment, dont le toit est en biais, est pointé du doigt.  
De plus, les marchands de gâteaux chauds notent l’absence d’un tuyau d’incendie et d’un extincteur. Les bonbonnes de gaz ménager, placées à proximité des couloirs, représentent également un danger. « Pou sa kantite kass ki nou pe pey minisipalite-la, nou ti kapav gagn ene meyer lie travay », s’indigne Marday Valaydon. Pour les marchands, tant que cette situation ne s’améliore pas, ils ne seront pas en mesure de travailler. Notons toutefois que le reste des marchands du Forum ont travaillé aujourd’hui. Nous avons tenté de recueillir une réaction de Mario Bienvenu, en vain.