La gestion administrative, vivement critiquée depuis le début de l’année par les conseillers de l’Opposition MMM-MSM, a été une fois de plus au centre des débats au conseil municipal de Curepipe mercredi dernier. Ananda Rajoo, chef de file des mauves, a dénoncé la « dictature » exercée par Mario Bienvenu, maire de la ville ainsi que par les membres de la majorité. Le dossier sur Cité Pitot a fait monter le ton.
Lors de la réunion du Conseil mercredi, l’insistance de Mario Bienvenu pour l’approbation de la création d’une Permanent Craft Fair à Cité Pitot, quartier situé derrière le supermarché Sik Yuen, a « choqué » l’opposition au conseil. Malgré les contestations des conseillers du MMM-MSM demandant au maire de mettre cette motion sous réserve le temps d’obtenir les documents légaux attachés à ce terrain, Mario Bienvenu a soutenu qu’il n’y avait « aucune raison pour que ce projet attende plus longtemps ». « Ce quartier est un véritable eyesore et les conseils précédents ont longtemps travaillé sur une solution à long terme à ce sujet. Aujourd’hui, nous présentons un projet concret qui visera à redorer l’image de ce quartier », dit-il. Revenant sur les objectifs de ce projet, notamment la création d’emploi, il a soutenu que les événements organisés par son parti, le Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD) ces deux dernières années, ont prouvé que les artisans de la ville ont « du potentiel ».
Félicitant le maire pour ce projet qui permettra la hausse des activités commerciales dans cette région, Lindsay Paul craint toutefois que la mairie n’aille à l’encontre de la volonté de la famille Pitot. Selon ses informations, la Cité Pitot est un don d’Émile Pitot à la municipalité dans le but de promouvoir le logement social « at low cost ». « Il serait prudent que la mairie s’assure qu’aucun contrat n’accompagne cette offre », a-t-il déclaré. Et de demander au maire de mettre en réserve cette motion en vue de pouvoir vérifier certaines informations. Ananda Rajoo a quant à lui déclaré au maire que « ce projet doit être travaillé avec le Outline Scheme. Même s’il est intéressant, il vous faut présenter un projet bien ficelé, en retraçant si besoin est l’acte notarié afin de s’assurer que le projet tienne le coup ». Mario Bienvenu devait lui répondre que ce projet a été approuvé par les habitants de la localité. « Tout est fait dans la transparence. Éric Guimbeau, le leader du MMSD a rencontré les habitants de cette région et ces derniers ont favorablement accueilli ce projet », a-t-il soutenu.
Ambiance tendue
L’adoption des motions à la fin de la réunion du Conseil mercredi s’est déroulée dans une atmosphère tendue. La motion d’Ananda Rajoo proposant aux membres du Conseil de tenir un “report book” enregistrant toutes les décisions adoptées durant les réunions du conseil a été rejetée. Ce document, estime-t-il, aurait permis d’assurer la transparence des travaux et la concrétisation des décisions prises. « Le conseil a adopté plusieurs décisions qui à ce jour n’ont pas été concrétisées », soutient-il, citant le cas des Food Hawkers au Square Bruce, l’accès du public à des zones Wi-Fi ou encore la mise en place d’une aire de stationnement à la rue Teste de Buch. Mais pour Mario Bienvenu, « toutes les décisions du Conseil sont prises dans la transparence », d’où le rejet de la motion.
Une autre motion, proposée par Kritanand Beeharry, pour le « uplifting » du Trou-aux-Cerfs, a suscité des piques du MMM-MSM. M. Beeharry a énuméré une liste d’activités qui pourraient être proposées au Trou-aux-Cerfs et de développements infrastructurels en vue de faciliter l’accès au public et aux touristes.
Après de longues discussions, les membres de l’opposition ont vu le rejet de l’unique motion qui selon eux « serait vraiment bénéfique à la ville ». Revenant sur la motion du conseiller Beeharry réclamant la mise en place d’un Technical Committee, Ananda Rajoo a dit ne pas comprendre « l’entêtement » du maire à vouloir signer pour certains projets « farfelus » et non travaillé. « On ne peut pas venir au Conseil et présenter une motion parce que la veille on a rêvé de certains projets, cela est inacceptable », a-t-il martelé. Montant le ton et demandant à Vineshsing Seeparsad, Chief Executive, de cesser de répondre à la place du maire, il a toutefois proposé qu’aux prochaines réunions du conseil les projets proposés soient mieux préparés. « On ne peut pas gérer une mairie comme on gère une foire. L’administration ne peut être gérée au petit bonheur car l’avenir et le bien-être des citadins sont en jeu ici ».