L’alliance PTr-MMM, qui a organisé un congrès conjoint dans une ambiance de campagne électorale, a dit « ouvrir les bras » aux partisans du PMSD et de Guimbeau. La réunion d’hier a d’ailleurs été marquée par la présence de maire de Curepipe, Mario Bienvenue, qui a été invité à monter sur l’estrade. Interrogé par la presse, ce dernier a indiqué ne pas avoir démissionné du MMSD, mais que s’il était invité à joindre le PTr, il le fera. Paul Bérenger a, dans son discours, fait une brève allusion à la décision de la Cour suprême de rayer le procès intenté contre Dhanesswar Soobrah et Ajay Guness. « Ajay Guness a porté ce fardeau pendant huit ans. La Cour suprême a décidé de rayer ce procès et l’ICAC ine bien gagne maltraite », a-t-il dit.
Paul Bérenger a rappelé que le Premier ministre fixera la date des élections après le départ de la ministre indienne des Affaires étrangères Sushma Swaraj, qui sera à Maurice les 1er et 2 novembre. D’ici là, la liste des candidats sera déjà prête, a-t-il cependant dit. « La liste sera publiée lorsque les noms de tous les candidats seront connus dans toutes les 20 circonscriptions. Avant même que la campagne électorale ne démarre, un 60-0 est inévitable à l’horizon », a-t-il lancé. « Avec 45 années d’expérience politique, au fur et à mesure que la campagne avance, il sera évident que ce sera un raz-de-marée. Nous avons une occasion historique de faire quelque chose d’extraordinaire pour le pays, d’en faire un modèle de l’unité dans la diversité et un exemple de démocratie et de lutte contre la fraude et la corruption, tout en relançant l’économie dans la justice sociale ».
Commentant la décision judiciaire de rayer le procès contre Dhanesswar Soobrah et Ajay Guness, il explique : « Il a porté ce fardeau pendant huit ans. La Cour suprême a décidé de rayer ce procès et l’ICAC “ine bien gagne maltraite”. » Et de lancer un appel aux jeunes pour qu’ils s’intéressent à la politique, leur demandant de « croire les politiciens ». Paul Bérenger a aussi critiqué ceux qui « découragent les jeunes à faire de la politique en leur disant que tous les politiciens sont pareils », développant : « Kan ou fer jeune degoute ek lapolitik, c’est ene crime ki ou commette contre democratie. » Selon lui, c’est d’ailleurs pour « encourager les jeunes à faire de la politique que le droit de vote a été ramené à 16 ans » pour les élections locales. « Il faut que les jeunes soient prêts à être candidat depuis 16 ans. »
Sur le chapitre de l’économie, Paul Bérenger a estimé que « nous sommes à la croisée des chemins », poursuivant : « Nous avons les compétences pour le faire, car si nous ratons cette occasion, nous ne pourrons éliminer la misère. » Le leader mauve a par ailleurs été très sévère envers ses adversaires qui, selon lui, « se livrent à de la démagogie », avant de cibler Vishnu Lutchmeenaraidoo, « dépassé sur le plan économique ».
L’Alliance Lepep, selon lui, mène campagne pour obtenir les Best Losers. « Je ne serais pas étonné que le leader de l’opposition vienne de Rodrigues. » Le leader du MMM a aussi critiqué Adrien Duval « ki per faire ti classe ici », tout en disant prévoir que Ramdin abandonnera son investiture.
Paul Bérenger a insisté pour que l’électorat « vote bloc » dans la circonscription. Quand à Eric Guimbeau, le leader du MMM a invité le public à « tourner la page » à son propos « car il pratique la politique d’un autre âge et est dépassé ». L’alliance PTr-MMM ouvre cependant les bras à ceux qui suivaient le PMSD et Éric Guimbeau. « Si oule vini, nou lebra grand ouvert. »
Navin Ramgoolam, pour sa part, s’est attaqué à Xavier-Luc Duval, qui a été ministre dans son gouvernement pendant dix ans. Selon lui, son ancien ministre n’avait « pas fait grand-chose » comme ministre du Tourisme. Par la suite, dit-il, il a créé le ministère de l’Intégration sociale. Pour Navin Ramgoolam, Xavier-Luc Duval n’a là non plus « pas réussi à faire grand-chose, malgré le fait qu’il a obtenu un gros budget et bénéficié du CSR ». Rappelant que le leader des Bleus a également été président d’un comité afin de se pencher sur le rapport “justice et vérité”, il poursuit que « ce comité ne s’est réuni qu’une seule fois ». Et de reprocher aussi à Xavier-Luc Duval d’avoir qualifié de « joyau » l’aéroport de Plaisance alors qu’il était ministre avant de le qualifier aujourd’hui « d’éléphant blanc ».
Le Premier ministre a aussi fait une violente sortie contre sir Anerood Jugnauth qui, selon lui, « a essayé de pendre sir Gaëtan Duval ». Il s’est ainsi dit « étonné » que Xavier-Luc Duval ait choisi de « contracter une alliance avec cette même personne ».  Le leader du PTr a également évoqué la demande de Xavier-Luc Duval de limoger Michael Sik Yuen en tant que ministre, ce qu’il a refusé de faire. Et d’accuser enfin sir Anerood Jugnauth de « pratiquer une politique de terre brûlée ». Navin Ramgoolam a par ailleurs rappelé que c’est lui qui avait « doublé les allocations de retraite ». Le meeting d’hier était présidé par Steven Obeegadoo. Edley Chimon et Michael Sik Yuen ont également pris la parole.