Des marchands ambulants des “bâtiments” Ramdin et Piton et des marchands de rue ont manifesté leur colère hier devant la municipalité de Curepipe. Massés sous les fenêtres du bureau du maire, Mario Bienvenu, ils ont tenté de faire pression pour que ce dernier revienne sur sa décision de les déloger, sans succès.
« Nous ferons pression pour qu’il revienne sur sa décision. Li pe dir nou, li pou donn nou tou fasilite, ki li pou fer piblisite pou ki dimounn vinn dan forum me nou na pa krwar ladan nou. Parol lemer na pa vo nanie pou nou azordi », affirme Nizam Khodabakus, marchand de rue depuis une dizaine d’années à Curepipe. À ses côtés, une centaine de marchand ambulants, très remontés contre la décision de la municipalité de Curepipe. « To pe servi lalwa pli for ek malere », pouvait-on lire sur les pancartes que brandissaient les marchands ambulants. Ce matin, ces derniers ont assisté impuissants à la démolition de leurs longères servant d’étals improvisés dans les “bâtiments” Ramdin et Piton, situés à côté de la gare Yan Pallach nord. Pour eux, cette décision du Conseil de la ville lumière est « injustifiée ». Soutenus par le conseiller du MMM et ancien maire Ananda Rajoo, les colporteurs massés devant les bureau du maire espéraient en milieu d’après-midi que ce dernier les recevrait dans une réunion improvisée. Mais Mario Bienvenu a souhaité rencontrer uniquement le porte-parole des marchands ambulants présents. Noorjauhan Jauhangeer, marchande de vêtements à proximité de la pharmacie Noël à Curepipe, a été reçue à deux reprises. Lors de la première rencontre, longue d’une trentaine de minutes, elle a demandé au maire de reconsidérer sa position sur le dossier des marchands ambulants. « Nous souhaitions travailler au Square Bruce jusqu’à la fin du mois de décembre », a-t-elle fait comprendre. « Me lemer inn fer mwa konpran ki pena lot solision, ki nou bisin al travay Forum Forest-Side sinon nou pa pou gagn lot lokasion pou retravay ankor laba », a-t-elle lancé tout en précisant que des formulaires sont disponibles à la municipalité dans ce contexte. « Non pena sime nou al travay laba, nou bizin travay dan Curepipe mem nou. Ki nou pou al fer dan sa trou-la nou ? » criait un des colporteurs présents. Devant leur refus, Mme Jauhangeer, se laissant emporter par la colère, devait lancer que « ena dimounn parmi nou la kinn fini al ranpli form pou Forum. Ena dimounn ki dakor pou al dan Forum me ki pe manifeste ek nou an se moman ». Un propos qui enflamma la foule, qui exigeait que Mario Bienvenu s’explique lors d’une réunion avec les marchands ambulants dans la salle du Conseil. Les policiers présents, dirigés par l’inspecteur Dilmahamod, ont alors demandé aux marchands de sortir du bâtiment municipal. C’est une fois dehors que Noorjauhan Jauhangeer a pu poursuivre ses explications quant à la tenue de sa réunion avec le maire, expliquant les modalités pour le relogement.
Nizam Khodabakus déplore le timing pour le délogement des marchands ambulants. Faisant référence aux fêtes de fin d’année, il demande un délai à la municipalité en ce sens. « Kifer li napa aplik sa laloi-la koumansman lane ? Kifer aster la ? », se demande-t-il. D’autres colporteurs ont fustigé l’attitude de plusieurs ministres. « Azordi minis pale rant dan nou problem me selma kan ena pou fer azan pou zot, lerla zot konn vinn rod nou », scandaient-ils. Mario Bienvenu, rencontrant Le Mauricien pour faire le point sur la situation, a indiqué que 30 colporteurs avaient déjà rempli les formulaires pour opérer au Forum à partir de lundi. Il ajoute qu’il reste moins d’une semaine aux marchands pour remplir lesdits formulaires au département de Santé Publique de la municipalité. « Après cette date, la municipalité ne reprendra pas les nouveaux postulants. Ceci est sur un first come, first serve basis ». Commentant sa rencontre avec la représentante des marchands ambulants, il affirme : « Ils nous demandent de leur permettre de travailler au Square Bruce, voire sur le Boulodrome. Nous ne pouvons accéder à cette requête car ce serait déloyal pour les commerçants, qui payent une licence ». Il tient à mentionner que les marchands de rue saisonniers devront payer une somme totale de Rs 5 000 (Rs 3 000 Licence Fee et Rs 2 000 Trade Fee) pour opérer au Forum. « Mais avec cette somme, ils pourront travailler au Forum que du 1er décembre au 15 janvier contrairement aux licenced hawkers des bâtiments Ramdin et Piton qui, eux, se verront offrir un espace à long terme ». La démolition des “bâtiments” Piton et Ramdin affecte une soixantaine de marchands.