En décrochant la première place dans le Ward 4 de Curepipe, Mario Bienvenu, 48 ans, un sportif connu, offre au MMSD une place au conseil municipal. Et confirme surtout l’émergence de la troisième force qu’a voulu être le MMSD. Le pouvoir partagé avec sept sièges au Remake 2000 et sept autres au PTr/PMSD symbolise le réel combat qui attend les conseillers des différents partis. Éric Guimbeau, leader du MMSD, fort de cette réussite, souligne que « désormais, nous allons nous atteler à consolider le mouvement afin d’être prêts pour les prochaines législatives ».
Il fallait s’y attendre, la présence du MMSD à Curepipe dans les cinq arrondissements a fait la différence. Et pour cause, les dépouillements dans ces cinq wards ont été caractérisés par une certaine tension palpable et surtout, pour les candidats, un suspense qui aura duré jusqu’au bout…
Au Ward 4, la lutte s’est jouée entre le MMSD et le MMM/MSM. Les deux premiers candidats PTr/PMSD, Anthony Chelvan et Georges Laval Charlot, ne se classent qu’à la cinquième et sixième place, après Akhtar Keenoo, du Remake 2000, classé quatrième. Zeenath Mohamoodully, troisième candidat rouge/bleu, n’arrive qu’en huitième position, et ce, après Imtiaz Bakurally, du MMSD ! C’est dire que l’effet Guimbeau a porté ses fruits…
Les candidats des deux bords principaux concèdent que cette troisième force a eu son impact. Ananda Rajoo, ancien maire mauve de la ville lumière, élu au Ward 3, a déclaré que « mes deux colistiers qui n’ont pas été élus ont été victimes de la division des votes d’Éric Guimbeau. C’était le danger et c’est cela qui a contribué à notre défaite. » Michaël Sik Yuen, ministre du Tourisme, ancien maire bleu de la ville, devait abonder dans le même sens : « Cette stratégie a été mise en place il y a plus de six mois et elle a payé ! » Le ministre devait cependant soutenir : « Guimbeau n’a, à aucun moment, joué le jeu du PTr/PMSD. »
Quoi qu’il en soit, le MMSD, par la voix de Mario Bienvenu, se fera entendre à Curepipe. Ce champion de boxe française, héros local, père de trois enfants, et spécialiste du “fitness”, compte bien oeuvrer pour les Curepipiens. Et de préciser : « Toutes les décisions seront, évidemment, prises avec l’aval et l’appui de notre leader. »
Fort de cette belle prestation, ce dernier indique que le moment est propice pour battre le fer tant qu’il est chaud. « Nous allons consolider notre équipe afin d’être prêts pour les prochaines élections nationales. Déjà, nous avons quelques assises dans les circonscriptions N°10, 16 et 17. Nous allons tout mettre en oeuvre pour avoir une présence plus importante », affirme Éric Guimbeau.
Le campaign manager de la ville lumière, Arvin Boolell, devait confier qu’il était « partant pour une cohabitation à trois. C’est la gestion de la ville qui est prioritaire. Maintenant, l’objectif, c’est d’établir le travail et de le réaliser pour le bien-être des habitants. » Il maintient que « la campagne du PTr/PMSD a été une campagne de proximité. »
Dans le camp des mauves, à la SSS Floréal, dans le Ward 1, la tension a prévalu jusqu’à la dernière minute. Sundee Beedassy, troisième élue de cet arrondissement, était ouvertement désillusionnée au coup d’envoi des dépouillements à 9 h. Et de fait, le premier pointage lui est totalement défavorable… Découragée mais indéfectible dans son soutien à ses colistiers et agents, à l’annonce officielle des résultats par la Senior Presiding Officer, elle éclate en sanglots, après un énorme cri de victoire. Auparavant, durant la visite de routine de Steve Obeegadoo, elle n’avait pu empêcher quelques larmes de tristesse, prévoyant une éventuelle défaite, de couler… « Mo pa pe realiser ki monn eli ! » Se reprenant, quelques minutes après, elle dédie « cette victoire à tous mes activistes qui m’ont entourée, jour et nuit, dans cette campagne. Il y a des nuits où nous n’avons dormi qu’une heure. Mais nos efforts ont payé ! » Dans la foulée, elle « remercie mon leader, Paul Bérenger, de sa confiance en me demandant de poser ici. Et je remercie aussi SAJ. » La première pensée de la candidate élue a été pour « mon fils et ma mère ! Enfin, je vais retrouver un peu de vie normale… »
Marguerite Lepredour, unique candidate du PTr/PMSD à être élue au Ward 1, n’a pu cacher sa déception : « Je suis triste pour mes deux colistiers. Mais Shailendr Ramsagur est encore très jeune. Il faut qu’il continue. Pour nous, ce n’est que le début… »
Kervin Ramma, candidat mauve élu au Ward 4, confie qu’il est « un peu triste car je m’attendais à être élu en tête ici. Mais ce n’est pas important, car ce signal des habitants est fort ! Maintenant, le véritable travail commence… »
La journée du dépouillement s’est achevée en un concert de klaxons et de chants de la victoire de la part des trois partis. Les rues de Curepipe ont été animées jusqu’à assez tard par les manifestants des trois bords et ce, dans une bonne ambiance de fair play.