Arvin Boolell a lancé un sévère avertissement à Sir Anerood Jugnauth et à Paul Bérenger, les accusant de « pervertir les institutions du pays ». Il était le dernier à intervenir hier en début de soirée à la Salle des fêtes de la municipalité de Curepipe dans le cadre d’une réunion de mobilisation en vue du rassemblement de l’alliance Parti travailliste/Parti mauricien social démocrate le 1er-Mai à Vacoas.
« Mo donn enn warning Sir Anerood Jugnauth (SAJ) ek Paul Bérenger… Si zot kalkil touss enn brin seve lor latet dimounn ki bann disip demokrasi, mo pou skalpe zot… », a lancé un Arvin Boolell en verve à une salle pleine à craquer et chauffée à blanc par la dizaine d’orateurs qui l’a précédée au micro. Il avait auparavant accusé SAJ, « avec la complicité de Bérenger » de vouloir « pervertir les institutions du pays ».
Arvin Boolell a accusé l’ancien président de la République, qui au lieu d’être le « garant de la Constitution, en a violé les principes ». « Seki SAJ inn fer avek konplisite Bérenger, a traver enn triangaz legal, zot finn rod fer enn kou déta. Zot finn rod tini Moris an otaz ek rod ranvers gouvernma. Se grave seki finn arive », a-t-il martelé.
« Mo pa krwar dan la violans, me si kuma dir ou rod grins ledan, fer atansyon… Seki grins so ledan ek rod ranvers sa linstitisyon democratik-la, be li pou met ratelier », s’est écrié le ministre rouge devant une salle tétanisée.
Arvin Boolell avait auparavant accusé SAJ « avec la complicité de Bérenger d’avoir créé une psychose dans le pays et de faire accroire, avec la complicité de la presse, que les institutions ne fonctionnent pas ». Il se référait ici à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). « Zot kumans ar judiciaire ek zot vinn ek l’ICAC. Rod donne l’ICAC enn move non, ziska ki dimounn dir ki “Oui, l’ICAC pa pe fer so travay !” », a-t-il insisté.
« Kan ou tann SAJ dir “Mo pe met an gard bann depite, fer atansyon zot pa kone sipa zot pou ena sime pou kit pei, parski kan mo pran pouvwar mo kone ki nou pou fer…” li fer ou reflesi, li fer ou fremir ! », a encore souligné l’orateur.
Arvin Boolell a ensuite mis l’assistance en garde contre l’« ethno-politique » et l’« ethno-castéisme », pratiqués, selon lui, par le MSM et le MMM. « Dan enn pei multirasial kuma Moris, se bann pyromann ki kapav fer sa pei-la vinn enn lapoudrier », a-t-il prévenu. Il a demandé à ses partisans de ne pas « céder à leurs instincts primaires », et à venir en grand nombre au rassemblement rouge/bleu du 1er-Mai à Vacoas.
« Nou premie obzektif se enn mobilizasyon monstre, enn lafoul zigantesk, enn lafoul zame pann trouve depi lindépandans, ek li bizin vinn enn 1er-Mai istorik », a-t-il lancé au début de son intervention.
Pas moins de dix orateurs se sont succédé au micro. Parmi, les ministres Lormus Bundhoo, Michaël Sik Yuen et Hervé Aimée ainsi que le président du Ptr Patrick Assirvaden.