Le Curepipe Starlight SC (CSSC) est bien décidé à aller à la reconquête du titre cette saison. Championne en 2012-13, la formation curepipienne n’a pu faire mieux qu’une quatrième place l’an dernier.
La bande à Fidy Rasoanaivo veut impérativement faire parler d’elle en marge du championnat professionnel qui débute la semaine prochaine. L’entraîneur estime que ses joueurs auront leur mot à dire dans cette présente campagne. La saison dernière, le CSSC a été, de manière générale, plutôt régulier, mais quelques contre-performances lui ont coûté un meilleur classement. Outre leur quatrième place en championnat, les coéquipiers de Chandrayah Veeranah ont été finalistes de la Republic Cup.
« Nous avons fait une rétrospective de la dernière saison et avons tiré les enseignements qui nous permettront de corriger certaines erreurs », remarque l’entraîneur du CSSC. Ce dernier, sans langue de bois, indique que l’objectif est de décrocher le titre.
Bien que les observateurs du ballon rond sont d’avis que le Cercle de Joachim et le Petite Rivière-Noire SC sont, sur le papier, les favoris au titre, Fidy Rasoanaivo reste persuadé que son équipe a les qualité requises pour mater ses adversaires. « Nous avons des joueurs ayant une certaine expérience, que ce soit en club ou en sélection. La saison d’avant nous étions champions et je pense qu’une consécration reste dans nos cordes ».
Le CSSC comptera sur son fer de lance Fabrice Pithia pur lui permettre d’atteindre le sommet. Ce dernier sera soutenu par son frère Fabien, Stéphane Nabab, Menzy Coco, entre autres. L’équipe compte plusieurs arrivées, notamment Cédric Permal, Joye Estazie, Bassano Diolle et Walter St Martin. Avec de tels joueurs, Fidy Rasoanaivo pense que le CSSC ne décevra pas. Dans les milieux de l’équipe, on avance que des contacts ont été établi avec au moins trois joueurs africains, qui seront d’un apport non négligeable.
Après plusieurs matches de préparation, Fidy Rasoanaivo a pratiquement constitué son équipe type en vue du coup d’envoi du championnat professionnel qui s’annonce, selon lui, éreintant avec 36 matches au programme (2 aller et 2 retour). Il s’agira, pour lui comme pour les autres formations, de savoir bien gérer l’effectif.