La surprise annoncée s’est avérée à Curepipe avec le MMSD qui est le grand vainqueur de ces municipales en réussissant à placer un candidat, Mario Bienvenu, en tête au ward 4 et en privant le MMM/MSM d’une majorité.
Au ward 1, à Curepipe, le suspens a duré jusqu’à la fin. Le décompte de 5 166 bulletins de vote s’est fait en deux tranches. Le premier dépouillement, aux alentours de 11 h, sur 2 400 bulletins donnait déjà Hans Margueritte du Remake 2000 gagnant et en tête de liste. Le jeune homme, qui en est à son baptême de feu a déclaré qu’il « a très coeur le bien être des habitants du Ward 1 », quartier qu’il habite d’ailleurs et que le changement a commencé à Curepipe. Michelle Lepredour du Ptr/PMSD arrive en seconde position. Elle s’est déclarée « bien chagrine pour mes deux colistiers qui n’ont pu traverser surtout pour le plus jeune, Shailendr Ramsagur ». Sundee Beedassy du MMM/MSM se place en troisième position et déclare que « militants are back in Curepipe » non sans ajouter que « à ce stade (NdlR : à 12 h 30) : je ne sais toujours pas quel parti a gagné la majorité à Curepipe ».
Au ward 5, l’effet Éric Guimbeau, tant attendu, s’est fait fortement sentir dans l’arrondissement N° 5 de Curepipe où l’alliance Ptr/PMSD a remporté la victoire par 2-1. Ont été élus Kritanand Beeharry (Ptr/PMSD, 2 011 voix), Marie Lorence Chaton (Ptr/PMSD, 1 986 voix)
et Lindsay Paul (MMM/MSM, 1 968 voix). Les candidats du MMSD ont recueilli en moyenne autour de 1 200 voix.
Lindsay Paul a reconnu que la présence d’Éric Guimbeau a divisé les votes du MMM. « Le redécoupage électoral n’est pas non plus étranger aux résultats, mais ce n’est pas la fin du monde d’autant plus que nous serons présents au conseil municipal », dit-il.
Pour sa part, Marie Lorence Chaton nous a déclaré : « Je suis très heureuse et très émue, c’est le travail de toute une équipe composée de femmes, de jeunes, d’activistes dévoués. » Elle devait également rendre hommage aux ministres Michaël Sik Yuen, Arvin Boolell et aux autres dirigeants du Ptr/PMSD.
Peu avant midi, nous apprenions que le Ptr/PMSD, représenté par les ministres Vasant Bunwaree et Satish Faugoo, a demandé un recount. La raison est qu’entre le candidat du MMM/MSM Lindsay Toussaint Paul, troisième avec 1 968 voix et celui du Ptr/PMSD Stevens Nynapen (1 951 voix), il n’y a que 17 voix de différence. Tenant compte qu’il y a deux Nynapen dans le même ward, les dirigeants travaillistes craignent qu’il y ait pu y avoir confusion et ont donc demandé un recount. À 12 h 15, les représentants du Ptr/PMSD étaient toujours en réunion avec le Returning Officer et le représentant de la Commission électorale. Mais à 12 h 20, on devait apprendre que la demande avait été rejetée sur une base technique. Selon Vasant Bunwaree, « on savait que la demande pouvait ne pas être retenue mais il fallait enclencher la demande pour garder une porte ouverte à d’éventuelles protestations ».
Au ward 2, le suspense a duré toute la matinée. Au ward 3, c’est le Ptr/PMSD qui a eu le dessus sur le MMM (2-1). Ananda Rajoo, seul candidat (MMM/MSM), qui a été élu, a tenu Éric Guimbeau pour responsable : « Ma première pensée va aux deux autres candidats du MMM qui n’ont pas été élus et qui ont été victimes de la division des votes d’Éric Guimbeau. C’était le danger et c’est cela qui a contribué à notre défaite. Éric a appelé sa campagne “Ran nou nou fierté”. Au fait, il n’a fait que mettre la municipalité entre les mains des rouges et finalement les Curepipiens n’auront rien de ce qu’ils attendaient. »
Stéphanie Gopee, du Ptr/PMSD s’est dit « très heureuse mais triste que l’un des leurs ne sera pas avec eux ». Pour Michaël Sik Yuen, il s’agit d’« une stratégie mise en place il y a six mois et qui a payé. Guimbeau n’a à aucun moment joué le jeu du Ptr/PMSD ». Au ward 4, la foule a grossi notamment avec l’arrivée des activistes du MMM/MSM et celle d’Éric Guimbeau.
L’effet Éric Guimbeau, tant attendu, s’est fait fortement sentir dans l’arrondissement N°5 de Curepipe où l’alliance Ptr/PMSD a remporté la victoire par 2-1. Ont été élus Kritanand Beeharry (Ptr/PMSD, 2 011 voix), Marie Lorence Chaton (Ptr/PMSD, 1 986 voix) et Lindsay Paul (MMM/MSM, 1 968 voix). Les candidats du MMSD ont recueilli en moyenne autour de 1 200 voix.
Lindsay Paul a reconnu que la présence d’Éric Guimbeau a divisé les votes du MMM. « Le redécoupage électoral n’est pas non plus étranger aux résultats, mais ce n’est pas la fin du monde d’autant plus que nous serons présents au conseil municipal », dit-il.
Pour sa part, Marie Lorence Chaton nous a déclaré : « Je suis très heureuse et très émue, c’est le travail de toute une équipe composée de femmes, de jeunes, d’activistes dévoués. » Elle devait également rendre hommage aux ministres Michaël Sik Yuen, Arvin Boolell et aux autres dirigeants du Ptr/PMSD.
Peu avant midi, nous apprenions que le Ptr/PMSD, représenté par les ministres Vasant Bunwaree et Satish Faugoo, a demandé un recount. La raison est qu’entre le candidat du MMM/MSM Lindsay Toussaint Paul, troisième avec 1 968 voix et celui du Ptr/PMSD Stevens Nynapen (1 951 voix), il n’y a que 17 voix de différence. Tenant compte qu’il y a deux Nynapen dans le même ward, les dirigeants travaillistes craignent qu’il y ait pu y avoir confusion et ont donc demandé un recount. À 12 h 15, les représentants du Ptr/PMSD étaient toujours en réunion avec le Returning Officer et le représentant de la Commission électorale. Mais, à 12 h 20, on devait apprendre que la demande avait été rejetée sur une base technique. Selon Vasant Bunwaree, « on savait que la demande pouvait ne pas être retenue mais il fallait enclencher la demande pour garder une porte ouverte à d’éventuelles protestations ».