Hier à la BPML Conference Hall de la Cybertower 1, à Ébène, le président du conseil d’administration de la Central Water Authority (CWA), François Desmarais, a justifié la décision du gouvernement de rechercher un partenariat stratégique pour réformer le secteur de l’eau à Maurice. Il intervenait dans le cadre d’une remise de prix aux gagnants des concours organisés en mars pour marquer le World Water Day, et ce en présence du ministre de l’Énergie, Ivan Collendavelloo.
« Je voudrais profiter de cette occasion pour vous parler d’une réforme majeure qui attend le secteur de l’eau à Maurice. Sous l’impulsion du ministre Collendavelloo et du gouvernement, un partenariat stratégique sera mis en place d’ici août 2018 avec l’aide de la Banque mondiale pour conduire un appel d’offres international », a déclaré le président du conseil d’administration de la CWA, François Desmarais, et ce en présence d’Ivan Collendavelloo, Premier ministre par intérim et ministre des Services publics, ainsi que du directeur général de la CWA, Yousouf Ismaël.
Pour justifier la nécessité de ce partenaire stratégique, le président de la CWA a expliqué que cet organisme n’arrive pas à fournir à la population le service qu’elle est en droit d’attendre. « Le réseau est inefficient et vieillissant », confie-t-il. « Il y a des pertes de 50% sur ce réseau, la fourniture d’eau est intermittente, d’où les plaintes des consommateurs. Sans compter le retard accumulé sur notre programme d’investissement face à des besoins grandissants en dépit des efforts consentis », a-t-il élaboré.
François Desmarais a exhorté les Mauriciens, les consommateurs de la CWA et particulièrement les jeunes présents dans la salle à ne pas avoir peur du changement. « Vous êtes les bâtisseurs de l’île Maurice de demain. Notre devoir est de mettre à votre disposition un système efficace et performant de gestion et de fourniture d’eau. L’eau est un élément essentiel à tout développement », a-t-il lancé.
L’intervenant a rappelé que la Journée mondiale de l’Eau – dont l’objectif est d’attirer l’attention sur l’importance de l’or bleu et de promouvoir la gestion durable des ressources en eau douce – est célébrée le 22 mars. « C’est une occasion d’en apprendre plus sur les sujets liés à l’eau, d’en parler autour de vous, d’agir et de changer le cours des choses », a-t-il déclaré. « L’eau est essentielle et est au coeur du développement durable. Les ressources en eau ainsi que la gamme de services qu’elles peuvent rendre, contribuent à la réduction de la pauvreté, à la croissance économique et à la sauvegarde de l’environnement. De la nourriture en passant par la sécurité énergétique à la santé humaine, l’eau contribue à l’amélioration du bien-être social et à une croissance équitable, affectant les moyens de subsistance de milliards d’individus », a-t-il ajouté.
« Plus de 80% des eaux usées résultant des activités humaines sont déversées dans les rivières ou la mer sans aucune dépollution. D’ici 2050, 70% de la population mondiale vivra dans des villes, comparées à 50% aujourd’hui. Cela posera un défi énorme en matière de gestion des eaux usées. D’ici 2030, il est estimé que la demande globale en eau augmentera par 50% », s’est-il alarmé.
François Desmarais a ensuite parlé des activités organisées en mars à Maurice dans le cadre de la Journée mondiale de l’Eau, avant d’inviter le Premier ministre par intérim à remettre leurs prix aux gagnants.