L’Union of Employees de la Central Water Authority (CWA) a manifesté pour la troisième fois à la mi-journée hier, réclamant la révocation de certains membres du conseil d’administration de la CWA qu’ils considèrent incompétents. Une dizaine de ses membres se sont rassemblés devant le bâtiment Paille en Queue Court, qui abrite le ministère de la Fonction publique, puis se sont dirigés devant la New Government House où se trouve le bureau du ministre de tutelle (Services publics), Rashid Beebeejaun, où ils sont restés environ une demi-heure.
« Manb board CWA, la ont nasyonal (FPU) » ; « Stop apartheid dan CWA » ; « Minis Beebeejaun, pa bizin karapat dan CWA (FPU) » ; « Minis Beebeejaun, bann kupab skandal chlorine deor (FPU) » ; « Ala travay Beebeejaun : 52 % dilo perdi dan reso CWA, Rs 1 milliard dépensé san résiltat, piblik paye 35% augmentation. Printemps morisien pas loin » ; « Oui à enn komisyon danket lor CWA » … sont quelques-unes des dénonciations et des revendications du syndicat. Pancartes en main, les membres du syndicat ont manifesté silencieusement devant le Paille en Queue Court à la mi-journée.
Dans une déclaration au Mauricien, le président du syndicat, Iswarduth Guness affirme : « Nou demann revokasyon imediat bann manb board ». Il rappelle « un engagement pris par le Premier ministre adjoint, Rashid Beebeejaun, en novembre dernier pour revoir un remplacement des membres du board ». « Jusqu’à présent, poursuit-il, rien n’a changé ». Il soutient aussi que même « le Premier ministre, Navin Ramgoolam, avait, en réponse à une question parlementaire du leader de l’opposition, Paul Bérenger, affirmé qu’il y a des irrégularités à la CWA et qu’en période de sécheresse, il avait dit : “We are not planning properly” ».
Par ailleurs, le syndicaliste a critiqué la gestion de la CWA tout en parlant de malversations et de conflits d’intérêts. Et d’avancer que des membres du board siègent sur certains sous-comités alors que selon « les procédures établies, ce sont des représentants du management et du syndicat qui sont appelés à y être présents pour prendre des décisions ». Selon Iswarduth Guness, certains membres siègent sur le board depuis sept ans.
Les membres du syndicat estiment que « certaines personnes sont de mauvaise foi et zot pe rod nway CWA ».
Iswarduth Guness indique par ailleurs que des correspondances ont été envoyées à différents ministères et au bureau du Président de la République en vue d’attirer leur attention sur le problème et de revoir la situation. Le président du syndicat demande au gouvernement d’assumer ses responsabilités et ajoute qu’« il poursuivra ces manifestations aussi longtemps que la situation ne changera pas ». « Nou pou continye fer manifestasyon ziska nou gagn resilta », lance-t-il. Et de préciser : « Nou pa pe fer sa dan lintere travayer CWA selman me dan lintere piblik en zeneral ».
Le syndicat prévoit les prochaines manifestations devant le ministère du Travail et des Relations industrielles et devant celui des Finances.