Commentant la présentation du projet de partenariat stratégique pour la Central Water Authority (CWA), que les représentants de la Banque mondiale ont animé vendredi pour les parlementaires, le président du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, a exprimé ses « inquiétudes » quant à la sécurité d’emploi dans le cadre de cette Water Sector Reform. Il a également commenté l’actualité, dont les scandales qui continuent d’éclabousser le gouvernement.
Commentant la présentation du projet de partenariat stratégique pour la Central Water Authority (CWA) que les représentants de la Banque mondiale ont animée vendredi pour les parlementaires, et à laquelle il a assisté, le président du Mouvement Patriotique (MP), Alan Ganoo, a expliqué qu’il a « beaucoup de réserves sur la question ». Il intervenait lors de sa conférence hebdomadaire samedi au siège de son parti à St-Jean, Quatre-Bornes.
Le président du MP a d’abord affirmé les représentants de la Banque mondiale ont proposé un « hybrid affermage » (voir encadré), sous une structure de partenariat public-privé. « Sous cette structure, le financement de la réforme du secteur de l’eau viendra uniquement de la CWA. L’opérateur privé n’aura pas à investir un seul sou. Mais d’où la CWA aura-t-elle l’argent pour financer sa réforme, sinon de la poche de ses 351 000 consommateurs ? » Pour soutenir ses dires, il a cité un papier qui a été distribué lors de la présentation de vendredi : « The remuneration of the operator would be through an operating fee, payable by the CWA, based on the meters cubed of water billed and collected ».
Selon Alan Ganoo, le Deputy Prime minister et ministre de l’Énergie et des Services publics, Ivan Collendavelloo, n’a pas fait de secret que, dans ce contexte, des augmentations du tarif d’eau sont inévitables. Et citer encore le papier : « Customer tariffs, the only source of income of the CWA, need to be increased gradually to help the CWA to become financially self-standing, and to service its debt ».
Le président du MP déplore que ce soit la CWA qui décidera du montant des augmentations à venir. « C’est inacceptable ! La CWA sera partie et juge à la fois alors cette question aurait dû relever des compétences de la Utilities Regulatory Authority, qui a déjà été instituée ».
Élaborant sur ce qu’il adviendrait du personnel de la CWA dans le cadre de cet affermage, Alan Ganoo s’est inquiété que les consultants de la Banque mondiale aient fait provision pour que les employés soient transférés de la CWA au nouvel opérateur privé. « Que se passera-t-il pour ses employés si en cours de route l’opérateur privé rencontre des difficultés et qu’il ne peut continuer. Où est la sécurité d’emploi des employés de la CWA ? », s’est-il alarmé citant toujours le papier : « It is envisaged that CWA staff currently supporting the services to be delegated to the private operator under the PPP and would be transfered to the private operator ». Le président du MP a déploré que « cette absence de sécurité d’emploi des employés de la CWA » sous le PPP n’ait pas été évoquée jusqu’ici ni avec le personnel ni avec leur syndicat.
Autre réserve d’Alan Ganoo : la prétention du gouvernement de donner une fourniture d’eau 24/7. « Alors que le DPM avait parlé d’une fourniture d’eau 24/7, les consultants de la Banque mondiale ont clairement laissé comprendre que c’est un objectif qui ne sera pas réalisé d’ici cinq ans, alors que le contrat d’affermage est d’une durée de 15 ans ». Et de citer toujours le papier de présentation des consultants : « The contract would be designed with a target to provide 24/7 water supply — not immediately but with a target period of around five years ». « Quand on sait que le contrat avec le partenaire stratégique ne sera signé que vers la mi-2018, l’objectif d’une fourniture d’eau 24/7 ne sera pas réalisé avant 2023 ».
Le président du MP a commenté « les frasques » des députés et ministres de la majorité gouvernementale. Il a exhorté les dirigeants politiques « à faire preuve de discernement » dans le choix de leurs candidats aux élections. « Pa kapav pran dimounn brit brit dan la panik fer zot vinn kandida », a-t-il dit. Il a menacé de présenter à l’Assemblée nationale une motion de censure contre le PPS Kalyan Tarolah si la Speaker, Maya Hanoomanjee, ne prend pas de sanctions contre ce parlementaire « sur qui pèsent des allégations de messages indécents ». Il a demandé l’institution d’un comité d’éthique à l’Assemblée nationale.
Alan Ganoo a d’autre part plaidé « pour une amnistie » pour les lieux de culte qui ne sont pas en règle avec leurs factures impayées d’eaux usées de la Waste Water Management Authority. « Ils ne pourront jamais payer ces milliers de roupies qu’ils doivent. Ils ne paient pas d’eau, donc ils n’ont jamais reçu de facture », a-t-il expliqué.
Le secrétaire général du parti a ensuite présenté à la presse sept nouveaux adhérents au MP. À une question de la presse, Alan Ganoo a annoncé que le parti présentera son candidat à la partielle au N° 18 cette semaine.