Coup de tonnerre sur le Engen Tour de Maurice ! Le Sud-Africain Willie Smit, 19 ans et déjà maillot blanc, a pris la tête des opérations à l’issue du contre-la-montre individuel, long de 15,4 km. Il détrône ainsi son coéquipier Jaco Ferreira en 19’59. Le Mauricien Yannick Lincoln a terminé à 27 secondes du vainqueur de l’épreuve.
« Je suis content. Mais j’aurais préféré que le maillot reste sur les épaules de Jaco », sourit le vainqueur, quasiment assuré de ramener le maillot blanc dimanche à Rose-Hill. On l’a vu sur le parcours, il paressait mieux que Jaco Ferreira, à la peine sur les pentes de Bois-Puant.
Ce qui n’était qu’une impression s’est donc avérée sur le parcours du chrono. Willie Smit fait partie de ces forces tranquilles du vélo, avec en prime des qualités qu’on ne lui connaît pas. « J’avais entendu dire qu’il était bon au chrono. Et aujourd’hui, j’en ai eu la preuve », lance Yannick Lincoln, deuxième de l’épreuve, sur un parcours qu’il connaît bien.
Et le nouveau maillot jaune, lui, prend les choses comme elles viennent. « Nous étions déjà à deux devant. Cet après-midi, pour la cinquième étape, il faudra seulement contrôler », lance-t-il.
Cette étape a aussi vu le Réunionnais Richard Barret se positionner pour une place sur le podium. Quant à Jaco Ferreira, maillot jaune depuis mardi, il est descendu à la quatrième place. Un coup dur pour lui, malgré le sourire qu’il affiche. « Ce n’est pas un aussi mauvais jour. Je perds peut-être mon maillot jaune, mais c’est Willie qui le récupère. »
Quant à Lincoln, c’est avec une certaine sérénité qu’il a appris les résultats de cette étape. « Je pense que la configuration est idéale pour moi. Je n’ai pas la pression du maillot jaune et je suis remonté à la deuxième place. Il faut seulement réduire l’écart », annonce-t-il.
Justement, cet après-midi, les coureurs devaient être en action sur les routes de l’Ouest, avec un départ fictif à Bagatelle. Le départ réel sera donné à Grande-Rivière. Ils passeront par Canot, Bambous, Tamarin, Bois-Puant et iront faire demi-tour au Morne. Ils reviendront sur leurs pas jusqu’à Ruisseau Créole, où l’arrivée sera jugée.
Dans cette configuration, on retrouve un maillot jaune assez confiant. « Je ne pense pas que ce sera dangereux. Dans tous les cas de figure, il y a toujours Jaco avec moi. C’est rassurant de le savoir là », estime Willie Smit.
Et d’avancer que Yannick Lincoln est plus esseulé. « Moi, j’ai Jaco devant. Quant à Yannick, il est seul. Mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il n’est pas dangereux », prévient-il.
Et maintenant, avant d’aborder la grande étape de montagne demain, c’est toute une configuration que les meneurs doivent revoir. Si tout le monde connaît les capacités de Yannick Lincoln dans la montagne, on ne sait rien de la force de Willie Smit. Mais ce qu’on sait, c’est qu’il n’est pas disposé à céder son bien sans se défendre.