Maurice peut respirer. Les Mauriciens sont les rois du contre-la-montre à ces 8es Jeux. Ils ont remporté la médaille s’or au contre-la-montre par équipe et au contre-la-montre individuel. Avec deux médailles d’or sur trois, on peut parler de satisfaction. Toutefois, les Mauriciens ne peuvent toujours pas remporter la course en ligne, même avec les meilleures stratégies. Retour sur la folle semaine des Mauriciens, avec deux moments forts.
La sélection de Maurice a réappris à gagner. Avec une moyenne de plus de 50 km/h, les Mauriciens ont laissé les Réunionnais et les Seychellois se battre pour la deuxième place. À l’heure de s’élancer, on voit une équipe concentrée, unie, qui se met en quatre pour ne pas laisser échapper des secondes ô combien précieuses.
Oubliées les rivalités qui ont longtemps pollué ce microcosme. Oubliés ces mauvais moments, ces « to roul pou moi. » Maurice a réappris à gagner en équipe. Il suffisait de les voir s’entraîner le vendredi quelques heures avant la cérémonie d’ouverture pour comprendre que l’équipe mauricienne n’est plus une addition d’individualités, mais un bloc solidement ancré dans ses croyances.
Que dire de cette belle médaille d’or remportée au contre-la-montre par équipes avec une avance de 37 secondes sur les Réunionnais ? Rien. Les Mauriciens ont tout simplement charmé. Mais ils n’arrivent toujours pas à gagner la course en ligne, à croire que l’histoire souhaite retenir seulement les noms des Réunionnais. Stéphane Lucilly, vainqueur mercredi, aurait pu faire les frais de cette fameuse nouvelle entente des Mauriciens. « Oui, on a subi. Les Mauriciens avaient vraiment la gnac aujourd’hui (ndlr : mercredi). »
Et les Mauriciens, avec Yolain Calypso parti au moment où tout le monde s’endormait, puis Pascal Ladaub, sorti alors que les choses se sont tassées, c’est l’image d’une équipe qui gagne. Mais, malheureusement, aussi bien conçus que soient les plans humains, il y a toujours une faille. Cette faille, elle se nomme Stéphane Lucilly, bourreau du peloton. Son compatriote Olivier Boyer terminera deuxième, alors que le Seychellois Hedson Mathieu complétera le podium, privant du coup Hugo Caëtane d’une médaille à la course en ligne.
Dans le contre-la-montre individuel hier, la pression était sur les épaules mauriciennes vu que Yannick Lincoln était donné grand favori. Face à Hedson Mathieu qui évoluait sur ses terres, la partie s’annonçait difficile. Mais Lincoln, soutenu par son entourage, s’est montré à la hauteur en remportant l’or. Après le naufrage qu’avait connu le cyclisme mauricien il y a quatre ans à Madagascar, il était essentiel de redresser la barre. Et l’équipe, certes critiquée pendant la préparation, a su trouver les ressources pour se placer à la première place dans l’océan Indien. Pour cela, on peut lui tirer notre chapeau. Il faudra désormais construire sur cette belle dynamique pour que la petite reine mauricienne connaisse des lendemains encore meilleurs.