Le comité directeur de la Fédération mauricienne de Cyclisme (FMC) s’est réuni mercredi dernier. Le calendrier 2012 a été parmi les principaux sujets abordés. Il a ainsi été décidé que le coup d’envoi sera donné le dimanche 4 mars avec le traditionnel Circuit du Champ de Mars autour de l’hippodrome à Port-Louis. La saison durera jusqu’au 2 septembre, date de l’ultime étape du Tour de Maurice qui débutera le 28 août.
« Le calendrier est en voie de finalisation et sera disponible dans les prochains jours », indique Hervé Flore, président de la FMC. Celui-ci ajoute qu’il n’y aura pas de nouvelles courses au programme. « Les courses habituelles seront organisées par les clubs », laisse-t-il entendre.
Le premier rendez-vous majeur de la saison devrait, toutefois, être le Championnat d’Afrique de vélo tout terrain (VTT) au mois de mai. La commission VTT est toujours à la recherche des sites qui abriteront les épreuves de descente et de cross-country (XC). La saison locale de VTT débutera, elle, dimanche prochain, avec la Snowy Cup qui se déroulera au Domaine de l’Arbre du Voyageur à Mare Longue.
Nouveau club à Goodlands
Hervé Flore souhaite aussi permettre aux coureurs de faire quelques déplacements à l’étranger. « On travaille sur un budget pour envoyer certains coureurs faire des courses à La Réunion ou peut-être en Afrique du Sud. Ce serait plutôt des courses de préparation pour les jeunes en vue des Jeux des îles de l’océan Indien de 2015. Mais tout dépendra du coût bien entendu », explique notre interlocuteur.
Par ailleurs, le président de la FMC a déclaré qu’un nouveau club a vu le jour à Goodlands et qu’une demande d’affiliation a été formulée par ses dirigeants. « Les dirigeants de ce club ont fait parvenir une demande d’affiliation à la fédération et elle lui a été accordée », fait ressortir l’homme fort du cyclisme local.
Autre sujet qui a retenu l’attention lors de la réunion de comité de mercredi, le vélodrome. « Roland Nicolin (membre de la FMC responsable du dossier) s’est rendu à Roches Brunes pour voir le terrain. Mais le problème de financement demeure. La fédération n’a pas d’entrée d’argent, donc nous nous demandons comment faire pour trouver le financement nécessaire pour débuter les travaux. Autant que je sache, pour ce qui est des autres infrastructures sportives, telles que les stades, les piscines, les gymnases et les dojos, c’est le ministère de la Jeunesse et des Sports qui a pris en charge leur construction. On aura définitivement besoin de l’aide du MJS pour le financement », indique Hervé Flore.
La FMC sollicitera une réunion avec le ministre Devanand Ritoo pour discuter de la question. Parallèlement, elle compte reprendre contact avec son architecte.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Pour son déplacement en France
Hugo Caëtane tojours en quête de finances

Décidé à l’idée de se rendre en France pour tenter de se faire un avenir dans le vélo, Hugo Caëtane frappe à toutes les portes pour réunir les fonds nécessaires. Le double champion de Maurice sur route, accompagné de Pascal Ladaub qui envisage lui aussi de mettre le cap sur la France, a ainsi recherché et obtenu une rencontre avec le ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS), Devanand Ritoo, pour solliciter son aide. Sa demande, apprenons-nous, sera étudiée.
Caëtane a aussi frappé à la porte du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES). Il a demandé le soutien de cette instance à travers son Chief Executive, Michael Glover. « J’ai, en effet, reçu Hugo Caëtane de même que Pascal Ladaub à mon bureau. Hugo a sollicité notre aide dans le cadre d’un déplacement en France. Le TFES est sensible à sa demande mais avant de lui accorder une quelconque aide, je dois avoir l’assentiment de mon conseil d’administration. D’ailleurs, nous nous réunissons jeudi prochain. J’ai également demandé à Hugo de me soumettre un dossier détaillé de son projet afin que je puisse mieux défendre son cas devant le conseil d’administration », a indiqué Michael Glover.
Outre le coût du billet d’avion, Hugo Caëtane doit réunir une somme de 1000 euros pour être en mesure de couvrir ses frais lors de son séjour en France qui sera d’une durée de 3 mois dans un premier temps. Il fait ainsi un appel aux compagnies afin qu’elles lui viennent en aide.