Il est actuellement dans une forme éblouissante. En effet, Grégory Lagane (20 ans) a fait preuve de beaucoup de maîtrise pour signer l’un des plus beaux succès de sa jeune carrière de coureur, se distinguant à La Réunion en remportant la Classique des Cannes, lundi. Une course qui compte d’ailleurs parmi les plus réputées du calendrier de l’île soeur. Celui qui a déjà signé deux victoires en ce début de saison cycliste à Maurice, a cette fois frappé fort en mettant fin à une très longue disette. Il est devenu le premier étranger à remporter cette épreuve.
C’est dans la montée Morange — première grosse difficulté du parcours—  que Lagane a lancé une première banderille. Il restait alors environ 80 km à parcourir sur les 115,7 au programme. Personne n’a pu suivre le rythme imprégné par Lagane, qui est revenu sur l’échappée partie plus tôt. C’est ainsi que l’aîné des frères Lagane s’est retrouvé au sein d’une quinzaine de coureurs. Plusieurs essayaient d’attaquer et personne ne voulait collaborer. Au passage du dernier prix montane, dans les hauts de Bagatelle, il n’était que sept à postuler pour la victoire. Le juge de paix sera l’ascension de Chemin Bassin-de-Boue ou Lagane a réussi à sortir avec Eric Ibouth (Vélo Club de St Denis) à 25 kilomètres de l’arrivée.
« Il m’a attaqué et je l’ai tout de suite contré. J’étais déterminé à poursuivre mon effort en solitaire dans les 20 derniers mètres. La dernière partie de la course était vraiment très dure car je commençais à avoir des crampes. Je me suis informé sur les écarts avec mes poursuivants », a-t-il fait ressortir. Il en profitera pour mettre 3 minutes et 33 secondes à son dauphin, Julien Chane Foc du Club Cycliste Saint-Louisien (CCSL). Grégory Lagane a rallié l’arrivée à Beauséjour en vainqueur.
Son père, Jean-Philippe Lagane, vice-président de la Fédération mauricienne de Cyclisme (FMC), ne tarit pas d’éloges à son sujet. « Il retrouve la forme et je suis très heureux pour lui. Il a connu une période difficile, surtout avec son problème récurrent au dos qui a freiné sa progression. C’est son frère Christopher qui a par la suite pris les devants et ça a été difficile à vivre pour lui. Ce n’est pas tant la rivalité car ce sont deux compétiteurs, mais surtout le fait qu’il peinait à retrouver son niveau », a-t-il précisé.
Un palier franchi
Grégory Lagane, exténué après la course, a été félicité comme il se doit par Frédéric Achille, fils de l’entraîneur national José Achille, qui est établi à La Réunion. « Je voudrais profiter de l’occasion pour remercier Thierry Rougier Lagane et Jean-Philippe Lagane, qui sacrifient de nombreuses heures de sommeil pour me permettre d’aller m’entraîner tôt. Merci aussi aux mécanos (Shane Mooneesamy, Christopher Bignoux, Laurent Clain) qui ont travaillé sur mon vélo pendant la semaine pour me permettre de prendre le départ. Un grand merci à ma famille pour les encouragements toutes les semaines et mention spéciale à Fred Achille pour l’hébergement et pour avoir pris bien soin de moi. Sans oublier mon entraîneur Michel Puntous. J’ai clairement franchi un palier et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. Cette victoire est belle, je ne suis pas près de l’oublier?! », pouvait-on lire sur sa page Facebook.
La FMC a également tenu à rendre hommage à son protégé. « Pas de mot. C’est juste incroyable?! Gagner de cette manière sur l’une des plus belles courses à la Réunion revient de l’inimaginable. Bravo à lui. Un sacre mérité pour un jeune coureur qui se donne les moyens d’atteindre ses objectifs ». Cette victoire a sans doute donné des idées à Grégory Lagane, qui compte retourner à La Réunion à la prochaine trêve. Il s’attaquera au championnat des Grimpeurs ou la Stephane-Sidat au mois de juin. Pour rappel, cette année, Grégory Lagane avait déjà situé ses ambitions : le Tour de La Réunion, programmé du 5 au 13 août. Une course qu’il a prévu d’aller préparer en France.