Une nouvelle médaille, de bronze cette fois, est tombée dans l’escarcelle de la délégation mauricienne hier sur les routes de Maputo, par le biais d’Aurélie Halbwachs. Le seul élément féminin de l’équipe nationale a terminé troisième de la course en ligne derrière les Sud-Africaines Lynette Burger et Lise Olivier. Pour les garçons, c’était un peu plus compliqué, avec une sixième place pour Yannick Lincoln et les et cætera pour les autres.
Cette médaille, Aurélie Halbwachs était consciente qu’elle serait dure à aller chercher. Elle l’avait d’ailleurs déclaré après le contre-la-montre individuel jeudi. « Je serai seule contre les Sud-Africaines. » Cela s’est confirmé. Dimanche, pour la dernière épreuve cycliste des Jeux d’Afrique, elle s’est accrochée à l’espoir d’une médaille pendant les 52,8 km de la course.
« La course a été dure », souligne Hans Brasse, responsable de la délégation. En effet, les Sud-Africaines avaient promis de lui faire vivre un enfer. Ce qu’elles firent dès le départ, avec Lynette Burger et Lise Olivier prenant la poudre d’escampette très tôt.
Puis, la Mauricienne s’est accrochée à cette médaille de bronze. Les deux premières de la course, Lynette Burger et Lise Olivier, bouclent les 52,8 km en 1h30’44. Aurélie Halbwachs, elle, termine en 1h37’40. « Cette médaille n’était pas la plus dure, mais c’est vrai que la préparation pour la course en ligne est différente. »
Mais a-t-elle paniqué ? « Disons que j’ai vu qu’il y avait deux Nigérianes et une Kenyane qui n’étaient pas mal du tout. Et ça, c’est bien pour le cyclisme africain », relate-t-elle. Et il y a finalement la satisfaction d’avoir pu triompher de l’adversité. « Oui, c’est une grosse satisfaction. Maintenant, pour les championnats d’Afrique, ça risque d’être très animé », confie la cycliste.
Chez les garçons, il y a toutes les raisons d’être déçus. Les Mauriciens ont bien existé sur les 145 km de la course en ligne, mais les Sud-Africains avaient haussé le niveau. « C’étaient des pros », lâche Yannick Lincoln. Car lui, il a tenté de leur rendre la monnaie de leur pièce, mais ils ont bénéficié de l’aide — indirecte — de l’Algérien Azzedine Lagab, qui a refermé sur Yannick Lincoln alors qu’il était sorti dans les derniers tours de la course.
« Il y a une grosse déception. On était venus chercher une médaille », avance Yannick Lincoln. Parce qu’il avait cru à cette médaille, mais les Sud-Africains avaient vite fait le ménage dès le deuxième tour. « J’ai bien tenté d’imposer quelque chose. Ça n’a pas marché. »
Devant, les Sud-Africains se livraient à un véritable festival. Ils ont d’ailleurs clôturé leur show avec un quadruple, plaçant Nolan Hoffman à la première place, en 3h3639, Jay Robert Thompson au deuxième rang en 3h37’02, Reinhardt Van Rensburg à la troisième place dans le même temps et Darren Lill, au pied du podium, dans le même souffle. L’Algérien Azzedine Lagab prend pour sa part la cinquième place en 3h39’50, alors que Lincoln arrive sixième en 3h40’17.
Pascal Ladaub termine 28e (3h57’47), Hugo Caëtane arrive dans le même temps, alors que Yolain Calypso passe la ligne avec un tour de retard. Mais comme le dit Hans Brasse, 145 km, il fallait le faire. « La course était très dure. Au départ, ils étaient 70 environ. À l’arrivée, ils n’étaient qu’une trentaine. Mais il faut être satisfait de ce que les coureurs ont accompli », conclut-il.