La sélection de Maurice de cyclisme ne pouvait rêver de meilleure fin à sa campagne indianocéanique. Yannick Lincoln et Fidzerald Rabaye ont terminé, hier, la course en ligne à Bras Panon aux première et deuxième places, en 2h37’41, devant le Malgache N’Jkatiana Miarintosa, relégué à 25 secondes du duo mauricien.
Le moment est historique. Jamais Maurice n’avait remporté l’or dans cette épreuve. « Et maintenant, on fait un et deux », remarque José Achille, qui a vécu les grandes aventures du cyclisme mauricien. Dans une course que les Réunionnais espéraient remporter pour compléter le Grand Chelem, les Mauriciens ont réalisé la course parfaite. « L’équipe a gagné, c’est le plus important », lance Olivier Lecourt.
Lorsque la grande échappée se forme, on retrouve deux Mauriciens dedans. Yannick Lincoln et Fidzerald Rabaye, accompagnés du Réunionnais Soubadou, sur ses terres à Bras Panon, et du Malgache N’Jkatiana Miarintosa. « Nous avons maîtrisé la course. Tout le monde a joué son rôle jusqu’au bout », avance Yannick Lincoln, qui remporte à 32 ans la course qui lui avait échappée en 2003 face à Armand Henriette.
Pendant l’épreuve, les Réunionnais, qui ont misé beaucoup d’espoir sur Soubadou, n’y ont vu que du feu. D’une part, lorsque la première échappée se forme, ils hésitent à lancer la machinerie. D’autre part, la sélection mauricienne verrouillait les issues. « Nous avons couru à cinq, comme un seul homme. Lorsque nous étions devant, ils n’ont pas trop roulé. Ils étaient entre deux eaux ».
L’avance de l’échappée est même montée à 1’30 avant de redescendre. « Nous, on préservait Steward pour le sprint ». Et puis, à deux tours de la fin, la course bascule. Olivier Lecourt pose une mine dans le peloton pour rejoindre le groupe de devant. « Les Réunionnais, eux, étaient cuits ».
Puis, au moment attendu, les Mauriciens se lancent. « Je suis sorti et j’ai vu que Fidzerald levait un peu le pied. Je l’ai donc emmené ». Mais dans leur sillage, il y avait N’Jkatiana Miarintosa. « Ils se sont montrés très discrets, ils nous ont même aidés ».
Les deux Mauriciens lâchent ensuite le Malgache, qui va savourer tranquillement sa médaille de bronze – la première de son pays dans le cyclisme. Si pour Lincoln il s’agit là d’une des plus belles victoires de sa carrière, pour Rabaye, qui n’a que 19 ans, l’avenir s’annoce prometteur. Il conclut en effet ses premiers Jeux avec deux médailles d’argent et une de bronze. « Je ne pense pas qu’on peut être déçus. J’ai tout donné, l’équipe a tout donné. C’était vraiment un grand travail d’équipe », dit-il.
Andrew Smith, le DTN, peut sourire. Après son visage fermé après les chronos, il est plus loquace. « Ils ont compris le vrai sens du cyclisme. Ils ont appris leurs leçons et ont réalisé de belles choses. Pour ma part, j’ai rempli mon contrat ».
Maurice termine donc sa campagne aux JIOI avec une médaille d’or, trois en argent et une de bronze. Certes, La Réunion est passée devant au décompte des médailles, mais l’or de la course en ligne a un tout autre prestige.