L’équipe mauricienne de cyclisme réalise de très bons Jeux d’Afrique. En effet, elle a déjà récolté deux médailles d’argent par l’entremise d’Aurélie Halbwachs au contre-la-montre individuel et du quatuor masculin du contre-la-montre par équipe. Les Mauriciens s’attaqueront à la dernière épreuve au programme, soit la course en ligne aujourd’hui.
Aurélie Halbwachs a bouclé les 13.6 km du CLM dans le temps de 20 minutes et 29 secondes. Elle n’a été devancée que par la Sud-Africaine Lise Olivier qui a couvert la distance en 19:59. Le podium est complété par une autre Sud-Africaine, Lynette Burger, avec un chrono de 21:02.
Yannick Lincoln a, lui, échoué de peu dans l’épreuve masculine. Il a pris la quatrième place après avoir couvert les 26 km en 36 minutes et 42 secondes. Il lui aura manqué 29 secondes pour décrocher la médaille de bronze qui est revenue à l’Algérien Azzedine Lagab (36:14). Celui-ci est professionnel au sein de la formation Groupement sportif Pétrolier Algérie. Les deux premières places ont été occupées par des Sud-Africains. L’or est revenu à Reinhardt Janse Van Rensburg, pro au sein de MTN Qhubeka, avec un temps de 34:46, alors que la médaille d’argent est allée à Darren Lill, champion d’Afrique sur route à Maurice en 2006, avec un temps de 35:27. Le deuxième représentant mauricien, Pascal Ladaub, a pris une très bonne 7e place en 38:52.
L’autre bonne surprise est venue avec le contre-la-montre par équipe masculin. La sélection mauricienne médaillée d’or aux Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) n’était pas au complet, Mike Chong Chin n’ayant pas fait le déplacement, mais Hugo Caëtane l’a remplacé efficacement aux côtés de Yannick Lincoln, Pascal Ladaub et Yolain Calypso, car au bout des 26.4 km de course, c’est la médaille d’argent qui attendaient les Mauriciens. Comme prévu, les Sud-Africains (Jay Thomson, Nolan Hoffman, Darren Lill et Reinhardt Janse Van Rensburg) se sont avérés les plus forts, bouclant le parcours en 35 minutes et 14 secondes. Les Mauriciens devaient réaliser un chrono de 37:06 pour devancer l’Algérie (37:53).
« Le parcours a été plus court que ce qui était prévu au départ. Cela est dû au fait que la police ne pouvait pas garder la route fermée plus longtemps d’autant que l’épreuve se tenait dans le centre-ville de Maputo. Il y avait 16 pays au départ de ce CLM par équipes. Il y a eu deux vagues de huit équipes. Dans la première vague, aucune équipe n’a pu descendre sous la barre des 40 minutes. Le meilleur temps était celui de l’Angola avec 40:03. Les équipes les plus fortes sont parties dans la seconde vague », précise Hans Brasse, chef de la délégation mauricienne.
« On visait le bronze dans le CLM par équipe mais au fil de la course, on s’est rendu compte que l’argent était à notre portée. A partir de là, les coureurs se sont défoncés jusqu’à la ligne d’arrivée pour la décrocher. Leur détermination a été tout bonnement admirable. Pour ce qui est de la médaille d’Aurélie, elle est très méritée. On savait que Lise Olivier était très forte mais Aurélie a fait ce qu’il fallait pour se classer deuxième », indique l’entraîneur national, José Achille.
Pour ce qui est de la course en ligne, aujourd’hui, les hommes et les dames seront en action sur le même circuit. Les dames s’élanceront à 10h (heure de Maurice) pour 5 tours soit une distance de 66 km, tandis que les hommes auront 145 km à couvrir (11 tours) et partiront à midi (heure de Maurice).
Les choses ne seront, certes, pas si simples pour les Mauriciens face aux Sud-Africains, Algériens, Ethiopiens ou Rwandais mais avec l’esprit d’équipe dont ils font preuve en ce moment, monter sur le podium n’est pas impossible. En féminin, Aurélie Halbwachs se retrouvera seule face à trois Sud-Africaines mais motivée comme elle est, la médaillée d’argent du CLM fera tout pour se frayer un chemin vers le podium.
« Dans la course en ligne, certaines équipes seront au complet avec 6 coureurs. Des pays comme l’Algérie, le Cameroun et l’Ethiopie voudront taquiner les Sud-Africains qui ont engagé 4 coureurs. De notre côté, il faudra être attentif et savoir tirer notre épingle du jeu. On en a les moyens. Yannick est bien, tout comme Pascal. Hugo et Yolain auront aussi un rôle à jouer. Il est bien possible que la distance soit écourtée et si c’est le cas, ce sera un avantage pour nous », indique José Achille.
Celui-ci ajoute que la bosse longue de 500m sur le circuit devrait faire la différence. « Cette bosse va faire mal à la longue d’autant que juste après, il y a des virages épineux. Ce qui va permettre des sorties. Les Sud-Africains sont bien capables de jouer leur carte dans cette portion », analyse l’entraîneur national.
Yannick Lincoln est concient que les Sud-Africains évoluent un cran au-dessus mais craint également des individualités issues d’autres équipes. « Les Sud-Africains sont un cran au-dessus mais dans toutes les équipes, il y a de fortes individualités. Sur un CLM par équipe, cela ne se voit pas parce que leurs coéquipiers sont bien moins forts qu’eux. Il y a par exemple au sein de l’équipe du Rwanda, Adrien Niyonshuti, qui est très fort. Au sein de l’équipe d’Angola, il y a un coureur qui marche très fort, pour la sélection d’Algérie c’est pareil. Ce sont ces individualités qui vont se mettre en évidence lors de la course en ligne. Mais la course ne se déroule pas sur un parcours inaccessible, il est possible de réussir un bon résultat », confie Lincoln.
Le leader de la sélection mauricienne ajoute qu’il est important que Maurice soit représentée par une équipe complète aux compétitions continentales comme c’est le cas à Maputo. « C’est bien de se frotter au niveau africain. Il ne faut pas laisser le cyclisme africain se développer sans nous. C’est pour cela qu’il faut que Maurice soit représentée par un maximum de coureurs aux championnats d’Afrique. Nous avons prouvé que nous pouvions réaliser de belles performances comme cela a été le cas dans le CLM par équipes de ces Jeux d’Afrique », tient-il à faire passer comme message.