Hervé Flore, président de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC), et les membres du comité directeur se sont livrés à un exercice de communication hier, lors d’une conférence de presse à Curepipe. Une rencontre où ils ont voulu répondre aux attaques subies récemment, tout en rassurant la communauté du bien fondé de ses actions.
Pendant son intervention, Hervé Flore a fait deux annonces très importantes. La première concerne les membres de la fédération. « Nous avons décidé de coopter les clubs qui ne sont pas représentés à la FMC ». Ainsi, Faucon Flacq SC, Moka SC, Goodlands CC, VCJCC et VPCC seront désormais représentés au sein du comité directeur. « Rappelons seulement qu’ils n’ont pas le droit de voter », souligne de son côté Norbert Froget, autre membre de la FMC.
En fait, la FMC a voulu ouvrir son espace, espérant avoir un peu de soutien dans cette démarche. « Nous voulons que tout le monde travaille ensemble. Nous avons été la cible de critiques. Nous espérons que les choses vont s’arranger », explique Hervé Flore.
Si cette première annonce devrait redessiner un peu le paysage cycliste, l’autre, soit la mise sur pied d’un comité des sages, devrait « permettre d’assainir les tensions entre la fédération et les licenciés », selon Hervé Flore. Ce comité des sages sera présidé par deux anciens présidents de la FMC, soit Bernard Li Kwon Ken et Maurice Esnouf.
Pourtant, la conférence de presse avait débuté sur un tout autre ton, notamment lorsque Hervé Flore avait déclaré qu’« il y a 19 courses entre le 1er mars et les JIOI ». D’ailleurs, le président de la FMC dit ne pas comprendre comment l’instance suprême peut être la cible d’autant de critiques alors que ce n’est pas à elle d’organiser des courses. « Nous sommes là pour réguler le cyclisme. Le rôle de la fédération devrait se résumer à organiser le Tour et les championnats nationaux », souligne Hervé Flore, qui laisse entendre que la FMC organisera six courses, plus six étapes du Tour de Maurice cette année.
Il va plus loin dans ses explications, arguant que les frais liées à la sécurité sont trop élevés. Citant en exemple le Grand Prix du Rotary Club de Flacq, le président de la FMC dira que la police a coûté la bagatelle de Rs 34 000 pour 110 km. « Pour les 150 km que nous avions organisés, le montant s’est élevé à Rs 61 054.50. Mais on comprend que les clubs ne peuvent pas trouver des sponsors ».
Venant à la présélection en vue des JIOI 2015 à La Réunion (1er-9 août), Mathieu Calypso, un des membres du comité technique, a précisé qu’il n’y a pas d’entraînements proprement dits. « Ce sont des sorties de groupes pour construire l’esprit d’équipe et la cohésion ».
L’aspect de la préparation sera supervisée par l’entraîneur national, José Achille, qui mènera des tests pour évaluer l’équipe et mettre sur pied le groupe qui fera le contre-la-montre par équipes. « C’est une préparation spécifique qui sera chapeautée par José Achille », a indiqué Matthieu Calypso. Hervé Flore a souligné qu’un stage à l’étranger est prévu à trois semaines des JIOI. « Il y a encore des arrangements à faire », précise-t-il cependant.
Matthieu Calypso est revenu sur les critères de sélection pour les compétitions à venir. D’un côté, souligne-t-il, il y a la forme du coureur au moment de la mise sur pied du groupe. « Par exemple, nous n’avions pas de courses au moment de la sélection pour les championnats d’Afrique. Nous nous sommes donc basés sur les performances des coureurs au cours des tests que nous avons effectués ». Les dirigeants présents ont laissé entendre que l’indiscipline ne sera pas tolérée.
Interrogé quant aux rumeurs de menaces dont a été victime l’entraîneur national, Matthieu Calypso ne se prononcera pas. Cependant, Norbert Froget, lui, apporte une précision de taille. « C’est le parent du coureur qui est impliqué », souligne-t-il.
La question des coureurs basés à l’étranger a également été abordée. « Nous demandons aux coureurs de venir faire deux courses à Maurice, d’un côté pour les juger, de l’autre pour que les autres coureurs puissent aussi voir leur état de forme et éviter des protestations », souligne le technicien.
La question de la désastreuse campagne africaine de Watburg, où Maurice n’a récolté qu’une médaille de bronze au contre-la-montre individuel féminin, a aussi été abordée. « Nous sommes très contents pour Aurélie Halbwachs. Mais pour les garçons, c’était très dur », remarque Jean-Lou Desjardins, qui a accompagné le groupe en Afrique du Sud.
La présence des professionnels africains n’a pas rendu la partie facile, d’autant que Mike Chong Chin a été victime d’un problème respiratoire. « Lors du chrono par équipes, il s’est arrêté au km 6 et les autres ont dû faire le reste à trois », fait encore ressortir Jean-Lou Desjardins.
Cet exercice de communication, que les dirigeants gagneraient à renouveler plus souvent, a pris fin après plus d’une heure.