Une fois n’est pas coutume, la Fédération Mauricienne de Cyclisme (FMC) est en proie au critique. D’abord il y a le Comité des Sages mis en place qui suscite des interrogations ainsi que la décision du comité directeur de coopter un représentant de chacun de ses clubs suivants :
Faucon Flacq SC, Moka SC, Goodlands CC, VCJCC et VPCC qui donne lieu à des polémiques. Retour sur des évènements qui secouent encore et toujours le monde de la petite reine locale..
Lors d’un point de presse tenue, il y a de cela deux semaines, la fédération avait fait part qu’un Comité des Sages présidé par Bernard Li Kwon Ken et Maurice Esnouf a été mis en place suite aux attaques subies de part et d’autre sur les réseaux sociaux. Le comité directeur reconnaît qu’il y a un gros problème et que tout doit être fait pour le bien-être des sportifs. Actuellement en Afrique du Sud, nous avons tenté de joindre le président Hervé Flore au téléphone mais sans succès. C’est la vice-présidente et présidente du Port-Louis Municipal Cycling Club (PLMCC), Catherine Victoire qui assure l’intérim pendant son absence qui s’y est collée.
« Le Comité des Sages a été mis en place dans un premier temps dans le cadre des Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI). Le but est de veiller à ce que la préparation des coureurs ne soit pas perturbée et qu’ils s’entraînent dans un environnement sain sans que rien de négatif ne puisse leur porter préjudice. Bernard Li Kwon Ken et Maurice Esnouf sont deux personnes très expérimentées et qui connaissent très bien la discipline. Ils agiront en toute neutralité car rien ne doit perturber le groupe de présélectionnés. Les JIOI demeurent un gros challenge et nous en sommes tous conscients », explique Catherine Victoire.
Elle soutient, « Oui, il y a des tensions au sein du cyclisme à Maurice. Nous sommes les premiers à le reconnaître et c’est pour cette raison que nous voulons que tout se passe bien, sans anicroches. C’est dommage car ce sont toujours ceux qui font partie du giron cycliste qui créent à chaque fois des problèmes. Nous travaillons pour le bien-être des sportifs et non le contraire ». Pour rappel, la FMC avait décidé de coopter les clubs qui ne sont pas représentés à la fédération mais les membres du comité avait tenu à préciser qu’il n’avait pas droit au vote. 
La pilule a toutefois du mal à passer pour certains de ses dirigeants de club qui considèrent que cela ne sert à rien de leur demander de proposer leurs idées et qu’après, ils ne puissent pas voter. La vice-présidente a tenu à apporter des éclaircissements à ce sujet. « Au sein du comité, nous avons deux membres cooptés à savoir José Achille et Roland Nicollin, respectivement représentant technique et responsable du Centre National de Formation qui n’ont pas droit au vote. Nous n’avons rien inventé car ce sont les statuts et les règlements du Sports Act qui le stipule. Nous voulons qu’il y ait un terrain d’entente », souligne notre interlocutrice.
Quoi qu’il en soit, lors du Circuit du Champ de Mars, la FMC a fait face à un autre problème, le manque de sécurité sur les routes. Aucune barrière n’était prévue pour l’arrivée de la course et les spectateurs ont par la suite pris d’assaut la route gênant ainsi les coureurs. « Nous faisons avec le budjet que nous avons. Ce n’est pas évident mais nous faisons le maximum pour veiller à la sécurité des coureurs. Cela coûte énormément d’argent de payer les motards et la force policière. Nous sommes déjà entrés en contact avec le ministre de la Jeunesse Yogida Sawmynaden pour remédier à ce problème. », affirme-t-elle.