Thierry David a remporté, hier, la cinquième édition du Grand Prix Anglo Mauritius Rotary Club de Flacq, au terme de 103 km de course. Cette journée dominicale a été marquée par l’échappée fleuve, dès le kilomètre 0, celle-là même qui a mené à la consécration de David au sprint, devant le centre commercial de Flacq, au terme de 2h48’50 d’effort en compagnie de Mike Chong Chin.
« Cette échappée est partie dès le début », souligne le vainqueur, une fois la ligne d’arrivée passée. Dans un contexte de supériorité numérique, c’est évidemment le FFSC-KFC qui a laissé sa marque sur la course. En effet, Yannick Lincoln, presque esseulé, le PSC-Winner’s en chasse-patate, les Flacquois pouvaient imposer leur suprématie sur la course.
La stratégie était simple et compréhensible : observer la tactique curepipienne. Sauf qu’il n’y en a pas eu, et que Lincoln, sentant qu’il ne pourrait venir à bout d’une armée tout seul, choisit de ne pas trop se monter. « Notre plan était simple : envoyer un gars devant, de préférence un sprinter, pour rester dans le coup », explique encore le vainqueur du jour.
Alors, quand Mike Chong Chin déclenche les hostilités, Aurélie Halbwachs, Yohan Pirogue, Stéphano Ollivier, Darren Lebon et Yash Subron se retrouvent dans l’échappée du jour. En abordant la première montée de La Nicolière, difficulté du jour, le vétéran du peloton prend à lui seul la partie entre ses mains. « Moi, je n’avais pas de bonnes jambes. Et comme il fallait passer deux fois par La Nicolière, je ne me suis pas fait plus de soucis. »
Donc, au deuxième passage, Chong Chin est repris par David, qui entretemps avait mis les gros braquets. Derrière, c’était à une partie de chasse perpétuelle. Un Lincoln qui roule, un Lagane qui suit, un Lincoln qui s’arrête et un Lagane qui sort les braquets. Devant, l’échappée s’étiole tant que seulement deux coureurs arrivent à s’extirper. On parle évidemment de Thierry David et de Mike Chong Chin.
À eux deux, ils mettront plus d’une minute aux poursuivants, qui tenteront le tout pour le tout afin de les reprendre. Malgré les efforts des poursuivants, à trois d’abord, Halbwachs, Ollivier, Subron, puis avec Pharmasse venu les rejoindre dans les vingt derniers kilomètres, l’échappée ne sera jamais reprise. Tout juste parviendront-ils à reprendre quelques secondes.
Et devant, c’est sûr, la guerre des sprinters fera rage. « Nous avons roulé à bloc. Je savais que si ça venait au sprint, ç’aurait été serré. »
Les deux coureurs, spécialistes de l’exercice de vitesse, ne se regarderont pas en chien de faïence. Loin de là ! Mike Chong Chin lancera le sprint, mais Thierry David résistera, puis prendra le dessus dans les derniers mètres. Une demi-roue sépare les deux coureurs, crédités de 2h48’50.
Quarante secondes plus tard, un petit peloton, emmené par Steward Pharmasse faisait son apparition. Dans le lot, Stephano Ollivier, Yannick Lincoln et Aurélie Halbwachs. Grégory Lagane passe en 2h20’1 et Yash Subron à quatre secondes du vainqueur junior.
« On voulait envoyer un message en vue du Tour. Nous avons une équipe assez homogène et si jamais nous avons le maillot de leader, nous le protégerons. Et je sais que nous pourrons faire quelque chose au moins sur le chrono par équipes », ajoute Thierry David, qui a une pensée spéciale pour son père, Eddy, absent du pays au moment de sa victoire, et le sponsor de l’équipe, KFC. « Ce sont des gens qui nous soutiennent et qui nous aident à mieux nous préparer. Sans eux, cela n’aurait pas été possible », conclut-il.