Hugo Caëtane poursuit sa quête de fonds pour rendre possible son déplacement en France où il est attendu début mars pour intégrer le Vélo Sport de Monnaie. Le double champion de Maurice sur route a sollicité plusieurs sponsors éventuels et dit être en attente de leurs réponses. « Je pense que d’ici quelques jours, je recevrai les réponses. Cela s’annonce assez positif », dit-il.
Caëtane avait aussi sollicité l’aide du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES) afin de pouvoir payer son billet d’avion et il attend une réponse de cet organisme. « J’ai déposé une lettre contenant ma demande à l’attention de Michael Glover et j’attend sa réponse », ajoute le cycliste qui est très motivé à l’idée d’évoluer à un niveau supérieur.
Pascal Ladaub, coéquipier de Caëtane en sélection nationale, est lui aussi à la recherche de fonds pour tenter l’aventure dans l’héxagone. « Pascal cherche aussi du soutien de son côté », lâche Caëtane.
Comme déjà mentionné dans nos colonnes, c’est l’entraîneur français Florent Horeau qui s’occupe des démarches relatives à la venue des deux coureurs en France. Il avait, pour rappel, accueilli la sélection mauricienne lors de son stage de préparation avant les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) aux Seychelles l’année dernière.
Florent Horeau est d’ailleurs le directeur sportif du Vélo Sport de Monnaie. Pour le Français, Caëtane et Ladaub ont un bon potentiel qui ne demande qu’à être exploité. « Après le stage avant les JIOI, j’ai accompagné la sélection aux Seychelles et j’ai gardé contact avec Hugo et Pascal. Nous avons sympathisé et de fil en aiguille, il a été décidé qu’ils viendraient tenter leur chance en France. Je leur ai trouvé un club, le Vélo Sport de Monnaie dont je suis le directeur sportif. Je me suis aussi chargé des formalités telles que le permis de séjour, l’hébergement entre autres. Vivre en France a un coût et les deux coureurs doivent trouver environ 1000 euros pour cela. D’après ce que je comprends, c’est plutôt en bonne voie », indique Florent Horeau.
Parlant du Vélo Sport de Monnaie, celui-ci dira que c’est plus un club qui forme des coureurs. « Si tout se passe comme on veut et que Hugo et Pascal viennent en France, je vais m’occuper personnellement d’eux. D’ailleurs, c’est moi qui prépare les programmes d’entraînements d’Hugo déjà. Je les emmènerais sur les courses lors desquelles, ils évolueront à un bon niveau. De là, ce sera à eux de se faire remarquer par des clubs plus huppés afin de s’installer durablement en France. Car il faut se dire que pour le moment, ils sont des inconnus et ont tout à prouver. Ce sont deux coureurs en lesquels je crois. Sur ce que j’ai vu d’eux, je dirai qu’ils ne sont même pas à 50% de leur potentiel. Hugo a un peu besoin qu’on le pousse pour qu’il se surpasse. Mais tous deux peuvent avoir de bons résultats s’ils travaillent comme il le faut », explique Florent Horeau.