Jean-Denis Armand, pas inconnu du peloton mauricien, a remporté la première étape du Tour de La Réunion et s’empare du maillot jaune de leader à l’issue des 113 km, où les principaux leaders se sont retrouvés dans la bonne échappée.
Pourtant, la victoire du leader du Vélo Club Sainte Marie est teintée d’ironie. Alors qu’il vient d’enfiler son premier maillot jaune sur le Tour de La Réunion, le voilà contraint de l’abandonner, puisqu’il prendra l’avion samedi pour aller disputer le Tour de Nouvelle-Calédonie.
Cela n’a pas empêché JDA, comme on le surnomme, de faire ce qu’il sait faire de mieux : rouler et gagner. Réagissant à une attaque initiée par les Olivier Boyer (VCE), Damien Leguay (Futuroscope), Jérôme Paniandy (CCSL), Stéphane Lucilly (SMVC) et Emmanuel Chamand (VCSD), il a attendu son heure, tranquillement calé dans le sillage de Sébastien Hoareau, leader du VCSD.
Après 15 km de course, ils étaient 19 devant, sans que le peloton ne réagisse. 40 km après le départ, toujours ce peloton amorphe qui ne veut pas réagir. L’avance, à mi-course est de 4’35, puis descend à 3’40 à 20 km de l’arrivée. Et Yannick Lincoln surgit pour rester dans le paquet. Puis, le pont de la Rivière de L’Est se chargera de l’écrémage, Olivier Boyer étant le premier à jeter les armes.
Jean-Denis Armand, lui, n’avait qu’à conclure sa journée. En sortant en compagnie de Lionel Béret (Quimper), il prend le risque de se faire griller. Mais JDA est aussi taillé pour le sprint. C’est ce qu’il fera, alors que son dernier compagnon d’échappée restera assis là à le regarder. Les deux passeront la ligne d’arrivée en 2h51’20, alors que les principaux favoris se voient reléguer à plus de quatre minutes.
« Si je suis parti devant, c’est pour gagner, non ? », déclarait Armand au JIR. Mais forcément, il y aura une petite déception : celle de ne pas pouvoir défendre ce maillot jusqu’au bout puisqu’il devra pointer au travail cet après-midi et, surtout, samedi, quand il prendra l’avion. Cet après-midi, Lionel Béret sera, sauf imprévu, en jaune.