Le cyclisme mauricien s’apprête à vivre une année chargée en 2015. Entre les championnats d’Afrique, les Jeux des îles et une hypothétique participation aux Jeux d’Afrique, la sélection mauricienne n’aura pas le temps de chômer.
La Fédération mauricienne de cyclisme (FMC) s’est déjà penchée sur le calendrier 2015. Une saison charnière puisqu’il faudra que le cyclisme mauricien s’affirme à deux niveaux. En effet, Maurice pourrait bien se retrouver, dès le début de l’année, dans de grandes compétitions. Les championnats d’Afrique de cyclisme sur route se tiendront en février prochain en Afrique du Sud. La Confédération africaine de cyclisme (CAC) n’a toujours pas statué, mais tout semble indiquer que la décision sera maintenue. « Nous attendons la réponse de la CAC », avance Hervé Flore, président de la FMC.
Après les championnats d’Afrique, on retrouvera en toute logique les Jeux des îles de l’océan Indien (1er au 8 août). En attendant de partir à La Réunion, la sélection aura droit à toute une série de stages afin de se préparer pour les JIOI. « Comme en 2011, il existe des chances que les coureurs se préparent pour l’étranger. Mais tout dépend du financement », indique Hervé Flore.
Après les JIOI, la sélection devrait encore prendre l’avion, pour poser encore une fois ses valises en Afrique. Direction le Congo-Brazzaville cette fois, pour disputer les Jeux d’Afrique, où Maurice a une médaille d’argent au contre-la-montre par équipes à défendre. Sauf que la récente décision du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) pourrait priver les athlètes mauriciens d’une participation à ces Jeux d’Afrique. « Pour l’instant, nous sommes en attente des décisions. Mais il ne faut pas oublier que notre objectif principal sera les JIOI 2015 ».
Mais la grande question est de savoir à quel moment de la saison placer le Tour de Maurice. Deux options s’ouvrent à la FMC. D’un côté maintenir la course en juin, comme depuis ces deux dernières années, ou la repousser à septembre, selon l’ancienne formule. « Il y a deux écoles de pensée. Forcément, c’est une décision qui sera prise en comité », poursuit Hervé Flore.