Yannick Lincoln a remporté, samedi, le titre de champion national du contre-la-montre individuel après 25 km et 34’32 d’effort. Cependant, certains aspects de la course laissent à désirer, comme l’ordre de départ ou la sécurité, sujet à controverses. Au moment du départ, nombreux étaient ceux qui s’interrogeaient du regard.
Yannick Lincoln, champion 2012 et futur vainqueur 2013, partait parmi les trois premiers. Renseignements pris : il a été inscrit en retard, tout comme ses coéquipiers Mathieu Le Blanc, Grégory Lagane et Dominique Béchard. Petite précision : le règlement stipule que deux coureurs d’une même équipe ne peuvent se suivre sur l’ordre de départ d’un chrono. Alors, on peut sans mal comprendre que certains dirigeants de clubs soient en colère. Pis encore, la sécurité des coureurs n’a, semble-t-il, pas été respectée. Les ronds-points n’étaient pas bien dégagés. Dès le premier carrefour à Beau-Plan, le constat était accablant, il n’y avait aucun signaleur au départ des premiers coureurs.
Cependant, tout cela n’a pas empêché Yannick Lincoln de retenir son titre. Un succès qui lui fait plaisir, d’autant qu’en s’élançant sur la rampe, il a compris que son pneu arrière était à plat. « Il faut normalement 12 bars de pression. Mais là, je devais être à quatre ou cinq, soit moins de la moitié », explique Lincoln après la course. Du coup, entre changer la roue arrière et continuer avec le handicap de départ, le calcul est vite fait. « Si je m’étais arrêté pour changer ma roue, ça m’aurait coûté plus d’une minute. Alors, j’ai décidé de garder la roue plate et de continuer. »
À le voir passer, on ne dirait pas que son pneu l’avait lâché. Bien au contraire, il semblait pressé de rattraper les secondes qu’il risquait de perdre. « Il y a malgré tout un regret : celui de n’avoir pu faire un meilleur temps. » D’autant que la sécurité a laissé à désirer. « J’ai failli heurter un autobus », lâche-t-il avec un air triste. « C’est dommage d’être dans l’à-peu-près. Mais bon, après, j’ai pris la course comme un entraînement. »
Derrière lui, on retrouve le surprenant Bernard Lasplaces, visiblement très à l’aise dans cet exercice. Le vétéran de l’UCRH-Engen est d’ailleurs la bonne surprise de ces championnats, avec ses 35’53. Mike Chong Chin (VCP) complète le podium, en 35’56.
Si le titre de Lincoln met tout le monde d’accord, en revanche, celui de son coéquipier Grégory Lagane, sacré chez les juniors, est sujet à controverse. En effet, il est parti après Yannick Lincoln, bénéficiant ainsi d’un lièvre de luxe pour sa course. En cours de route, il voyait Mathieu Le Blanc le dépasser, synonyme d’un autre lièvre à suivre. À l’arrivée, il signe 37’33 devant Guillaume Perdrau, donné favori avant le départ, qui termine six secondes derrière le vainqueur.
Mais loin de nous l’idée de dire que Grégory Lagane ne mérite pas ce titre. Tout le monde reconnaît les talents du jeune coureur. « Il est très fort. Depuis le début de la saison, il a vraiment été l’un des meilleurs sur la route. Mais là, personne n’y a rien compris. »
Mais toujours est-il que la légèreté de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC) commence à porter sur les nerfs. Personne n’a compris cet état de choses qui consistait sans doute à “sanctionner” les coureurs pour s’être inscrits à la dernière minute. Sauf que, au final, la controverse a pris des proportions qu’on n’attendait pas. Qu’en sera-t-il pour les championnats sur route ce week-end ?