Demain matin, les cyclistes ont rendez-vous à Médine pour un critérium qui ne ressemble à aucun autre du calendrier. Cette course sera l’occasion pour les puncheurs du peloton de briller, surtout que Yannick Lincoln, animateur de courses, est absent du pays. 106 km, des montées où chaque coup de pédale sera important, le tracé de la course devrait a priori favoriser une arrivée en solitaire.
Mike Chong Chin, Steward Pharmasse, Anthony Laurent, trois coureurs, trois styles, un seul but : gagner au terme des 106 km. Cependant, avant d’espérer en arriver là, ils devront affronter deux éléments, la route qui s’élève parfois et le vent. Cette dernière donne, présente sur quasiment tout le parcours, ne devrait pas faciliter la tâche des coureurs.
Jean-Philippe Lagane, représentant du Faucon Flacq SC, en parlait justement lors de la présentation de la course mardi dernier. « Tout effort inutile se payera cash. D’ailleurs, le profil de la course est propice aux bordures. » Et au petit jeu des grandes échappées solitaires, Steward Pharmasse est l’un des meilleurs. Lors de la première course au Champ de Mars, il a profité d’un moment où les leaders s’observaient puis d’une accélération pour se faire la belle, sans être jamais inquiété.
Et s’il refaisait encore le coup ce dimanche ? Dans un bon jour, il pourrait le faire. D’autant qu’en ce moment l’équipe tourne bien. Deux victoires, deux deuxièmes places et encore un podium, tout semble réussir aux Flacquois.
Mais derrière eux, la lutte pour la victoire fait rage, même si personne jusqu’ici n’a trouvé la solution pour contrer Pharmasse, Thierry David ou encore Grégory Lagane, tant le FFSC-KFC en impose. En fait, chaque équipe a son propre poulain qui pourrait briller. L’UCRH-Engen possède Michael Khedoo, encore un peu juste, le PSC Mike Chong Chin et Jordan Lebon, le VCP voudra voir Anthony Laurent sur la plus haute marche et le VCJCC-Bank One pourra compter sur le retour de Sébastien Tyack. Ce dernier a d’ailleurs impressionné lors de la Colin Mayer Classic, tout comme les coureurs mentionnés.
De plus, le parcours, la descente vers Tamarin, la remontée vers Casela, la côte de Casela pour ne citer que ces parties de la course, est en lui-même un paramètre à prendre en considération au moment où les coureurs amorceront leurs attaques. Alors, à qui la palme demain matin ? On aura au moins des éléments de réponse à partir de 8h.