Les choses se passent-elles si mal à la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC) ? Peut-être que oui, après la démission — la troisième en moins de six mois — de Lawrence Wong, vice-président de l’instance fédérale. Son départ vient s’ajouter à ceux d’André Le Blanc et Jean-Philippe Lagane.
C’est dans un courriel envoyé à la FMC, le 10 septembre dernier, que Lawrence Wong a annoncé sa décision de quitter le comité directeur. Dans ce courriel, il parle de la non-sélection de Kimberley Lecourt pour la Coupe du Monde en Chine cette semaine.
« … je persiste à croire que nous avons fait une erreur monumentale en sélectionnant Sébastien Mercier dans la sélection qui va en Chine ce mois-ci. Encore plus grande d’avoir écarté la jeune et prometteuse Kim Lecourt dans cette sélection ! » écrit-il dans un courriel envoyé à tous les membres de la FMC et aux présidents des clubs. Mais interrogé, il a souligné qu’il prenait ses distances de la FMC pour des raisons professionnelles.
Hervé Flore, président de la FMC, regrette le départ de celui qui était pressenti pour reprendre les rennes de l’instance fédérale. « C’est triste de perdre un membre. Mais chacun a ses opinions et nous respectons la décision de Lawrence », affirme Hervé Flore. Sauf que, désormais, le comité directeur ne comporte que huit membres.
Auparavant, c’est André Le Blanc qui avait claqué la porte de la Fédération. Puis, au lendemain des championnats nationaux de contre la montre individuel, Jean-Philippe Lagane avait envoyé une lettre pour dénoncer une pratique qui avait en quelque sorte faussé la course. Trois coureurs du VCJCC-Bank One s’étant inscrits en retard, la FMC a décidé de les envoyer en premier, les uns après les autres. Ce qui avait suscité un énorme tollé.
Dans sa lettre, Jean-Philippe Lagane avait accusé la FMC d’avoir atteint « le paroxysme de l’amateurisme », ce qui n’avait pas plus aux autres membres, qui avaient exigé des excuses. Mais Jean-Philippe Lagane n’a pas cédé et a préféré démissionner.
Dans la pratique, cette situation ne cause pas de problèmes. Avec huit membres, la FMC peut encore fonctionner. Mais le pire serait que d’autres, à leur tour, soumettent leur démission.