Maurice a remporté, samedi, la course en ligne, après neuf éditions des JIOI. La délivrance est venue de Yannick Lincoln, qui a enlevé l’épreuve reine du cyclisme devant son compatriote Fidzerald Rabaye, après 2h37’41 de course, devant le Malgache N’Jkatiana Miarintosa, qui termine à 25 secondes du duo mauricien.
36 ans que Maurice attend cet événement. Et voilà que les coureurs réalisent le doublé sur la course la plus importante. « Nous avons cherché, nous n’avons pas trouvé trace d’un doublé mauricien à la course en ligne », lance José Achille, qui y est allé de sa petite larme après la course.
Pourtant, on donnait les Réunionnais, si fins tacticiens, gagnants après les 108,4 km. Ils ont été neutralisés par les Mauriciens, qui ont contrôlé la course de bout en bout. « Lorsque la grande échappée est partie, nous n’avons pas paniqué. Nous avons roulé comme un seul homme », explique Yannick Lincoln.
C’est à deux tours de la fin que la course bascule. La grande échappée prend 1’30, avant que le peloton amorphe ne se mette à rouler. « Ils sont remontés à 25 secondes, puis nous avons tout flingué à tour de rôle. Et les Réunionnais, eux, étaient cuits », explique Yannick Lincoln.
Les Mauriciens préservent Steward Pharmasse pour le sprint. Sauf que Fidzerald Rabaye, qui se trouvait dans l’échappée, commençait à lever le pied. C’est le moment que choisit Yannick Lincoln pour aller prêter main forte à son coéquipier, avec dans leur sillage le Malgache N’Jkatiana Miarintosa.
Ils planteront finalement le Malgache vers la fin de la course, pour passer la ligne d’arrivée en 2h37’41. N’Jkatiana Miarintosa, lui, termine e 2h38’02. Yannick Lincoln, à 32 ans, se permet donc le luxe de battre les Réunionnais sur leur terrain. Le podium est d’ailleurs historique, puisque Madagascar place pour la première fois un de ses représentants sur un podium cycliste.
« Tout le monde a joué son rôle jusqu’au bout. Nous avons vraiment roulé comme un seul homme », lâche Yannick Lincoln, tout heureux. Fidzerald Rabaye peut lui aussi sourire. Il rentrera à Maurice avec trois médailles autour du cou, deux d’argent et une de bronze. « Nous avons tout donné. C’était vraiment un grand travail d’équipe ».