La troisième et dernière manche du match que se livrent Maurice et La Réunion se disputera cet après-midi sur un parcours de 21 km de long. Une épreuve de contre-la-montre individuel probablement arbitrée par le Seychellois Hedson Mathieu, double vainqueur de l’exercice aux JIOI de 2003 (Maurice) et 2007 (Madagascar). Dans ce match, les trois médailles valent de l’or, tant les prétendants aux joyaux sont nombreux. C’est donc tout à fait logique que les coureurs seront à bloc sur le parcours vallonné qu’ont dessiné les organisateurs.
La première grande question est toute naturelle. Est-ce l’année de Lincoln ? Oui et non. Oui, parce que le coureur n’a laissé échapper aucun chrono depuis l’année dernière, hormis celui du Tour de La Réunion et des Jeux du Commonwealth. Mais il réalise l’exploit d’avoir terminé troisième du premier et 16e du deuxième. Alors, son année ou pas ? Il lui faudra gérer la pression, épreuve dans laquelle il a bien souvent échoué dans le passé.
Lincoln en or ? Beaucoup le voient déjà sur la plus haute marche du podium. Mais lui ne s’en formalise pas. Au pire, une petite phrase lourde de sens. « Le parcours me convient. » Cependant, il ne faudrait pas oublier que les Seychellois évoluent at home. Lincoln lui-même peut le dire. Sur son sol, tout athlète est capable de se sublimer. Ce sera peut-être le cas pour Hedson Mathieu.
Mais revenons au Mauricien. Il ne lui manque strictement rien. Un bon vélo, avec lequel il fait corps, des capacités lui permettant d’emmener de gros braquets, un profil de rouleur-grimpeur, et surtout, une envie d’oublier la déconvenue de mercredi à la course en ligne. Et ça pourrait suffire.
Aux autres aussi, d’ailleurs. Stéphane Lucilly, sérieux candidat à la victoire, ne veut pas y penser. « Pour l’instant, ce n’est pas encore la conclusion de ma saison. Elle ne prendra fin que lorsque le Tour de La Réunion sera bouclé. » Et le chrono dans tout ça ? « On verra bien. » C’est que lui non plus ne veut pas se dévoiler.
Mais les Réunionnais ont l’avantage d’avoir plusieurs atouts dans leurs manches. Jean-Denis Armand, Sébastien Elma, Christophe Boyer, Olivier Boyer, même s’ils ne sont pas capables de remporter le chrono, sont tout autant capables de distiller le doute. Et ça, ce serait une catastrophe. Car le moindre doute risquerait d’être fatal.
Ils ne sont pas les seuls. Hedson Mathieu, la locomotive seychelloise, double tenant du titre, ne voudra pas jeter l’affaire. Pense-t-il tenir tête à Yannick Lincoln ? « Je ne sais pas. » Pourquoi ? « Ça fait un an qu’on ne s’est pas rencontrés. Je connais mon niveau, mais pas le sien. Je crois comprendre qu’il a progressé. »
C’est vrai que Lincoln a progressé. Il est plus sûr de lui, plus réfléchi. « Mais c’est solo, samedi. » Il veut avant tout faire oublier son échec à Tana, il y a quatre ans. Avec une première médaille d’or au contre-la-montre par équipes dimanche dernier, la défaite a été presque qu’effacée. Aujourd’hui, il faut écrire une nouvelle page de l’histoire du vélo mauricien. Yannick Lincoln en est capable…