Deux médailles d’argent et une de bronze : c’est le total des cyclistes mauriciens en terre mozambicaine, à Maputo. Le bilan est reluisant, surtout pour une discipline qui a connu les honneurs continentaux avec la médaille d’or d’Aurélie Halbwachs en 2006 et quelques autres médailles les années suivantes. Mais il semble que l’année 2011 soit bien celle des Mauriciens.
La première médaille d’argent est venue d’Aurélie Halbwachs. En habituée des podiums africains, elle n’a pas fait mentir sa réputation. Opposée à des « Sud-Africaines suréquipées », selon ses dires, elle a été chercher la médaille d’argent du contre-la-montre individuel avec sa tête et ses jambes.
Par contre, les garçons, eux, n’ont pu contrer l’armada sud-africaine. Le premier Mauricien, Yannick Lincoln, se classe quatrième du chrono (26,4 km) derrière les Sud-Africains Reinhardt Van Rensburg, vainqueur, Darren Hill et l’Algérien Azzedine Lagab. Il faut toutefois faire ressortir que le Mauricien est le premier amateur derrière les trois pros en contre-la-montre individuel.
Au chrono par équipes, les Mauriciens ont été affronter les dieux sud-africains. Le pari était risqué, mais ils y ont cru. De plus, il semblerait que les Sud-Africains carburaient au super. Ils ont mis près de deux minutes aux
Mauriciens.
À en croire Pascal Ladaub, fraîchement récompensé par son employeur, le coup n’était, en fait, pas jouable. « Si on réalise qu’ils nous ont mis deux minutes, non, on ne pouvait pas jouer le coup. » Mais il n’empêche que cette médaille vient redonner un gros capital confiance aux coureurs, eux qui surfent sur une vague victorieuse depuis le mois de juillet.
La course en ligne aura sérieusement démontré les lacunes de la sélection nationale, mais c’est surtout que les Sud-Africains ont été plus fins tactiquement. C’était peut-être le seul point faible de la sélection. Pourtant, Yannick Lincoln aura bien tenté le coup, mais l’Algérien Azzedine Lagab aura fait le jeu des Sud-Africains en les ramenant dans son sillage.
« Ils ont attendu que je sois vidé de mes forces. Alors, ils ont tout fait pour refermer. Et seul contre quatre, c’était carrément mission impossible », lâchait Yannick Lincoln après la course en ligne dimanche dernier. Mais il aura aussi eu un aperçu de ce que seront ses adversaires. « C’était un peu comme des championnats d’Afrique avant l’heure », insistait Lincoln au lendemain de sa sixième place à la course en ligne.
Quoi qu’il en soit, Aurélie Halbwachs reconnaît une chose : elle a eu droit à plus de concurrence. « C’est bien pour le vélo en Afrique. Aux championnats d’Afrique en novembre prochain, c’est sûr que ce sera plus disputé. »
Dans tous les cas de figure, les Mauriciens ont eu un avant-goût de ce que seront les championnats d’Afrique. Pour l’instant, ces médailles d’argent et de bronze valent de l’or…