Lawrence Wong est, depuis vendredi dernier, le nouveau président de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC). À l’issue d’une assemblée générale spéciale tenue au siège de la FMC à Curepipe, le représentant du Vacoas-Phoenix Cycling Club (VPCC) a été conduit à la tête de l’instance, à l’unanimité.
Le nouveau bureau de la fédération a été constitué à l’issue de l’assemblée générale spéciale. Aux côtés de Lawrence Wong, on retrouve Catherine Victoire, qui conserve son poste de vice-présidente. Ensuite, Caroline Le Blanc, qui signe son retour au sein de la direction de la FMC en tant que secrétaire. Elle sera assistée de Dominique Froget, qui conserve elle aussi son poste. Hans Brasse, pour sa part, sera en charge de la trésorerie et aura comme adjoint Bernard Lasplaces, fraîchement élu au comité directeur.
Les autres membres de la FMC nouvelle mouture sont : Mathieu Calypso (PLMCC), Jean-Lou Desjardins (PSC), Norbert Froget (UCRH), Jean-Philippe Lagane (FFSC) et Prakash Cheemontoo (Goodlands CC).
« Je vois que nous avons une bonne petite équipe », a déclaré Lawrence Wong. Il veut avant tout régler les problèmes par le dialogue. « Nous nous sommes assis autour d’une table et avons discuté. Et tout le monde était d’accord pour dire que la situation avait trop duré et qu’il fallait trouver une solution vite fait ».
D’ailleurs, le nouveau président garde à l’esprit que les coureurs devront se préparer activement pour les JIOI  dans deux mois à La Réunion. « C’est l’objectif de la saison. Ensuite, on verra ce qu’il faut faire pour le Tour de Maurice ».
Mais avant toute chose, procéder à un état des lieux est devenu la priorité du nouveau comité. « Il faut voir comme ça se passe et trouver le moyen de faire progresser la cause du cyclisme », avance Lawrence Wong. Mais en tant que président, il se retrouve devant la situation évoquée lors de la conférence de presse des démissionnaires : une trop forte représentation de clubs au sein du comité directeur.
En effet, avec l’UCRH (trois représentants), le PSC (deux représentants) et le PLMCC (deux représentants), on se retrouve dans la situation que l’opposition avait dénoncée elle-même. « J’ai toujours l’intention de permettre à tous les clubs de siéger au sein du board », rassure le nouveau président.
Pour l’instant, « il faut relancer la discipline. Il y a les JIOI qui resteront notre priorité à tous », a conclu le président.