Les cyclistes ne connaîtront pas beaucoup de répit cette saison. Avec un calendrier chargé, dont le coup d’envoi a été donné hier à Roches Noires, l’accent sera surtout mis sur les sorties internationales, avec une première partie de saison axée sur l’Afrique et l’autre orientée vers la région océan Indien. Bref, une longue saison…

Coup d’envoi : très tôt

La saison 2019 de cyclisme a commencé, comme nous l’avons dit, très tôt, soit hier matin. La victoire est revenue à Alexandre Mayer, devant Dylan Redy et Adriano Azor. Certes, le rendez-vous servait surtout de mise en jambes pour les premiers gros rendez-vous. Mais le top 5 de l’épreuve disputée à Roches Noires est composé de coureurs qui gravitent autour de la sélection nationale. De bon augure en attendant la deuxième épreuve dans une semaine à Sorèze.

L’Afrique, point central

Si la présence mauricienne se fait de plus en plus sentir en Afrique — victoire aux Jeux d’Afrique de la Jeunesse, troisième place de Christopher Lagane au Tour de Limpopo — la sélection entend bien continuer à jouer le rôle du poil à gratter sur le continent. D’ailleurs, la préparation à l’intersaison semble avoir donné raison à l’entraîneur national, Olivier Maignan, qui a souhaité « que les coureurs arrivent en forme au bon moment. » C’est-à-dire dans deux semaines, avec la Tropicale Amissa Bongo au Gabon (21 au 27 janvier).
Ce sera sans doute l’une des courses les plus importantes du calendrier, étant estampillée UCI, avec un coefficient de 2.1. Au menu, des formations étrangères et pas n’importe lesquelles : Direct Énergie, Fortuneo-Concept, mais surtout ces équipes africaines qui ont assis leur domination sur le continent (Rwanda, Éthiopie, Érythrée). « Ce sera dur », analyse Jean-Philippe Lagane, vice-président de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC). Un parcours rendu encore plus dur avec l’indisponibilité de Christopher Lagane, victime d’un problème au genou.

Tour de L’Espoir : place aux moins de 23 ans

Après l’Amissa Bongo, place aux jeunes. Ceux-ci dont les noms doivent encore être dévoilés se rendront au Cameroun pour disputer du 4 au 9 février le Tour de L’Espoir. Là encore, plateau extrêmement relevé avec la présence du Portugal, de l’Équateur, de l’Érythrée, pour ne citer que ces nations. Certes, Maurice en sera à sa deuxième participation, tout comme l’Érythrée. Mais les Mauriciens auront-ils les arguments nécessaires ?

Championnats d’Afrique : monter sur le podium

L’Afrique sera vraiment au cœur de la première partie de la saison des cyclistes. En effet, le troisième rendez-vous sera les championnats continentaux, qui se tiendront cette année en Éthiopie (13-19 février). Maurice y déléguera, comme lors des précédentes éditions, une équipe qui espère se positionner parmi les meilleures nations. Le but derrière est d’assurer un classement parmi les meilleures nations africaines, avec l’optique d’une éventuelle qualification pour les JO, comme l’avait fait ressortir Jean-Philippe Lagane lors de la présentation du calendrier en décembre dernier. Petite difficulté : « Les courses se tiendront à 2500 m d’altitude. » La sélection mauricienne se rendra donc en Éthiopie quelques jours avant, histoire de s’acclimater.

JIOI : l’autre objectif

La saison battra son plein lorsque surviendront en juillet les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI). Les coureurs effectueront une dernière sortie avant le rendez-vous, qui se tiendra à Maurice, avec une participation à la Coupe des Nations peu avant les Jeux. « Contrairement à ce que l’on peut penser, les JIOI restent un gros objectif pour nous », précise Jean-Philippe Lagane. La sélection ne sera toutefois dévoilée qu’au dernier moment. « Rien n’est acquis. Tout dépendra des coureurs, de leurs performances et de ce qu’ils pourront apporter. »

Tours de Maurice et de La Réunion : le doublé ?

La sélection de Maurice se lancera, après les JIOI, à l’assaut des Tours de Maurice et de La Réunion. L’idée : viser ce fameux doublé Maurice-Réunion. Christopher Lagane l’a raté de peu. Pourra-t-il le faire cette année ? La question reste posée, mais toujours est-il que la sélection nationale a ces deux gros objectifs pour boucler la saison. Reste maintenant à faire de l’année 2019 celle des cyclistes.