À peine élu, le nouveau comité directeur de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC) se retrouve au milieu de turbulences. André Le Blanc, représentant de Rivière Noire, a presque claqué la porte de la FMC lundi dernier. Pourtant, Hervé Flore, président de la FMC, et André Le Blanc ont diversement commenté la réunion de lundi dernier, au siège de la Fédération, à Curepipe.
« Oui, elle était houleuse », avance le président de la FMC. La raison : quelques points avec lesquels André Le Blanc n’était pas d’accord. Il semblerait que les points qui ont été soulevés concernaient des points de droit. Personne n’a voulu donner plus de détails à ce sujet. Mais Hervé Flore a été un peu plus loquace à ce sujet.
« André Le Blanc a soulevé des questions. Nous lui avons demandé de nous aider à travailler et que les choses seront amendées en temps et lieu », fait ressortir Hervé Flore. D’ailleurs, le président de la FMC lance un appel. « Commençons déjà le travail. Puis, nous apporterons les amendements nécessaires. On peut tout corriger par la suite », insiste Hervé Flore.
D’un autre côté, il semblerait que l’un des points soulevés concernerait l’absence du bilan financier de la FMC. On se souvient que cette question avait provoqué toute une série de débats lors de l’assemblée générale élective (AGE) il y a de cela une semaine. Mais la FMC a consulté le Registrar of Associations (RoA) pour avoir un avis. Selon Hervé Flore, le RoA a donné un avis favorable. « Le Registrar a été clair : l’assemblée générale a été bien faite. » Et concernant ce fameux bilan financier qui n’a pas été présenté ? « Nous pourrons le faire approuver par l’assemblée générale extraordinaire. »
La lettre déposée par André Le Blanc peut être interprétée comme faisant état d’une démission annoncée. Sauf que le principal intéressé n’a ni confirmé ni infirmé une démission quelconque. « A ce stade, je ne m’avancerai pas à faire de commentaires. » Valeur du jour, il semblerait que les choses portent surtout sur le non-respect des procédures. D’ailleurs, c’est l’un des points soulevés pendant l’AGE.
La lettre qu’aurait envoyée André Le Blanc ferait également mention des lacunes légales, selon certains renseignements. Hervé Flore lance pourtant un appel. « C’est triste de voir quelqu’un agir de la sorte. Je pense qu’on devrait régler nos problèmes différemment », insiste le président de la FMC. « On a besoin de toutes les personnes, de toutes les bonnes volontés pour faire progresser le cyclisme. » André Le Blanc, lui aussi, souhaite aider le cyclisme. « J’ai agi dans l’intérêt du cyclisme. J’ai posé une série de questions, et si je n’ai pas les réponses, j’agirai en conséquence. »