Après 21 ans passés à écumer les routes, Philippe Colin songe à raccrocher le vélo. 2017 sera, selon les dires du cycliste lui-même, sa dernière année. À 33 ans, il veut passer à autre chose. Quand on sait que le coureur a récolté toute une flopée de médailles, on comprend désormais pourquoi il veut ranger le vélo. « Je pense qu’après 21 ans, la motivation n’est plus la même », explique-t-il.
Quand il découvre la petite reine, il n’a que 13 ans. « J’ai connu des hauts et des bas au cours des 21 dernières années. Aujourd’hui, c’est difficile de trouver la motivation nécessaire pour continuer. » Pourtant, c’est cette année qu’il retrouve les sensations de ses débuts. « Elles sont différentes d’il y a dix ans. Mais elles reviennent. »
Et ces sensations le voient remporter deux courses de début de saison : le contre-la-montre de Beau-Plan, chrono par excellence pour coureurs en recherche de repères avant d’aborder les choses sérieuses, et ensuite, le Circuit de Riche-en-Eau. « Il y a un gros travail derrière. J’ai deux entraîneurs qui me suivent, ce qui me permet de travailler au maximum de mes capacités. »
Et ce travail lui permet aujourd’hui de se positionner parmi les moteurs du FFSC-KFC. « Mais il ne s’agit pas que de moi. Il y a une équipe derrière moi. Par exemple, on récolte aujourd’hui les fruits de l’investissement de Jean-Philippe Lagane et des autres dirigeants. »