Nous posions la question de savoir s’il fallait craindre une alliance sud-africaine. Or, la question est tout autre aujourd’hui. Doit-on craindre ou espérer une alliance réunionnaise ? Après être passés par deux fois à côté d’une victoire d’étape, les Réunionnais ont réagi hier lors de la troisième étape. Et comme ils ont cette tendance à s’allier du moment qu’un des leurs se retrouve avec une chance, même minime, de remporter une victoire générale ou d’étape, alors oui, on devrait craindre une telle alliance.
Les leaders vont-ils réagir ?
La question ne se pose plus. Ils le doivent. Yannick Lincoln, Jaco Ferreira et James Tennent n’ont plus trop le choix. Soit ils prennent des initiatives, à moins que leur plan consiste à éprouver le leader demain matin, soit ils laissent filer leur chance. Mais connaissant les trois coureurs, il y a fort à parier que les données vont peut-être changer samedi.
Est-ce que le Tour est joué ?
La réponse est non. Enfin, en théorie, puisqu’il faut encore passer l’étape de montagne demain pour connaître le nom du vainqueur du Tour. Maintenant, les choses sont telles que Michaël Damiens, même avec son léger handicap en montagne, promet justement de ne pas abandonner son bien sans lutter. Et de l’autre côté, ni Lincoln ni Tennent ne sont prêts à se laisser abattre.