Yannick Lincoln est entré dans l’histoire dimanche dernier en devenant le premier Maurcien à remporter à trois reprises le Tour de Maurice cycliste. Mais ce succès, comme le reconnaît le principal interéssé lui-même, est avant tout collectif. Les coéquipiers de Lincoln, Pascal Ladaub, Mike Chong Chin, Yolain Calypso et Hugo Caëtane, ont été exemplaires du début à la fin.
?Rarement n’aura-t-on vu une équipe de Maurice aussi sûre d’elle. Depuis la prise de pouvoir à l’issue du contre-la-montre inaugural, elle a assuré la mainmise sur la course. Les bons de sortie ont été distribués avec parcimonie, ce ne sont pas les coureurs réunionnais qui diront le contraire! ?Le fait de retrouver deux membres de l’équipe de Maurice dans le Top 10 du classement général final donne une claire idée de l’état de leur forme. En effet, Pascal Ladaub et Mike Chong Chin ont pris les 8e et 10e places. ?A bien voir, quand un leader a confiance en ses coéquipiers et que c’est réciproque, les choses sont rendues beaucoup plus simples. Cette symbiose a été créée lors du stage de trois semaines en France avant les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI). Le fait d’être demeurés éloignés de tout le tumulte qui avait secoué la petite reine lors des mois précédant les Jeux, leur a fait le plus grand bien.?Ensuite, lors de ces Jeux aux Seychelles, le succès a été au rendez-vous, ce qui a permis de consolider davantage cet esprit d’équipe et ces liens d’amitié. Forts de ces acquis, la sélection mauricienne s’est présentée sur la ligne de départ du Tour de l’île avec un énorme capital confiance. A partir de là, Lincoln et ses coéquipiers ont continué à surfer sur cette vague positive avec au bout le résultat que l’on connaît.?« Ces trois dernières années, j’ai fini deuxième et je m’étais dit que je n’allais pas mettre un terme à ma carrière avant de remporter une troisième fois le Tour. J’avais cela à coeur et c’était mon dernier objectif de carrière », indique Yannick Lincoln.?Le meilleur cycliste de l’île conçoit qu’il est arrivé à la limite de ce que l’on peut faire en étant amateur. Ses objectifs vont, de son propre aveu, s’éloigner peu à peu du cadre sportif, d’autant qu’il entame une nouvelle carrière professionnelle. « Je change de boulot, donc, mes objectifs vont s’éloigner du sport petit à petit », lâche-t-il.?Le triple vainqueur du Tour de Maurice a rendu un hommage appuyé à ses coéquipiers. « Je dois remercier mes coéquipiers car sans eux, ce résultat n’aurait pas été aussi aussi savoureux. Cette victoire est d’abord un plaisir collectif. L’équipe avait un sentiment d’invincibilité psychologique », dira-t-il.
Il faut également rendre hommage à l’entraîneur José Achille qui a été aux petits soins avec ses coureurs ainsi qu’à Guy L’Espérance qui s’est acquitté de sa tâche de mécano avec sa discrétion habituelle.