C’est une ascension fulgurante pour Christopher Lagane, jeune minot très talentueux sacré lors de la 71e édition du Tour cycliste de La Réunion, dimanche dernier, et ce, sans avoir remporté la moindre victoire d’étape. Le vainqueur, étoile montante de la petite reine dans l’océan Indien (et peut-être du continent), a fait preuve de beaucoup de maîtrise et de professionnalisme pour rejoindre Gabriel Anazor et Patrick Piat au palmarès. Une très longue disette qui aura en tout et pour tout duré 33 ans. 
« Je suis content de gagner ce tour. C’est beaucoup de travail pour une victoire pareille. Au début de la saison, j’étais blessé, c’était difficile. J’ai gardé le moral, je me suis battu et maintenant j’ai gagné », a déclaré Christopher Lagane. En effet, victime d’une tendinite depuis le mois de mars, blessure qui a notamment gâché son stage en Suisse, le cadet des frères Lagane a dû faire une pause pour se soigner et ensuite retrouver la forme. À l’île soeur, la sélection mauricienne était attendue au tournant, après un stage intensif de quatre semaines en France sous la férule du Directeur Technique National (DTN), Michel Thèze. Mais rien ne laisser présager qu’un « marmaille » de 18 ans allait sortir une performance de haute volée.
Déjà considéré par ses pairs comme le meilleur coureur du pays et digne héritier de Yannick Lincoln, le Flacquois ne s’attendait pas à vivre des moments d’émotions aussi intenses. « Quand je vois les noms qui ont gagné, ça fait rêver. C’est une grande fierté, je suis vraiment content. On a été bien préparé. On a fait un stage intensif en France pendant un mois. On a disputé pas mal de courses, les unes plus relevées que les autres. On est arrivés ici très soudés », a-t-il soutenu.
On savait que, sauf gros retournement de situation, Lagane allait rallier Barachois dimanche avec le maillot jaune sur ses fines épaules. D’ailleurs, à l’issue de la 8e étape, lors du contre-la-montre individuel de 13 kilomètres entre Les Lataniers et La Redoute (Saint-Denis), il avait fait le boulot en terminant deuxième derrière Julien Souton (BFM). Pour la 9e étape, le jeune Mauricien, pas en danger, a conservé sa précieuse tunique jaune sur la ligne d’arrivée finale.
Toutefois, ce sacre n’aurait pas été possible sans l’énorme travail abattu par ses coéquipiers au sein de la Team MCB-Maurice, à savoir Yannick Lincoln, Grégory Lagane, Fidzerald Rabaye et Alexandre Mayer, d’une solidarité exemplaire pour soutenir leur leader dans sa quête du Graal. « Mes coéquipiers ont fait un très gros boulot. Ce n’était pas facile, on a su résister. C’est avant tout une victoire d’équipe. Il y a eu un gros travail de tout un chacun. Merci à mes coéquipiers, les dirigeants et le sponsor, le groupe MCB, José Achille, le DTN et tous ceux qui m’ont aidé. » Lincoln a, lui, complété la razzia mauricienne des maillots de leader en s’appropriant celui des plus de 35 ans.