Yannick Lincoln a remporté son cinquième Tour de Maurice cycliste hier, à l’issue de la septième étape entre Port-Louis et le Plaza. Vainqueur de l’ultime défi qui présentait deux ascensions de Chamarel et de Plaine Champagne, le coureur du VCJCC-Bank One est entré dans l’histoire du cyclisme mauricien en ajoutant un nouveau Tour après ceux de 2005, 2007, 2011 et 2012. Le tenant du titre a devancé son plus proche concurrent, le Sud-Africain Alan Gordon, de 7’16 à l’issue des sept étapes du Tour.
La dernière étape était l’ultime test pour le leader au général. « Il ne fallait pas paniquer », avance Yannick Lincoln. Alors, quand un petit groupe, sous l’impulsion de quelques coureurs, est parti à l’assaut de la montée, il n’a pas cédé à la panique.
« J’avais demandé à Grégory Lagane de rester près de moi. On a basculé en haut de Chamarel. Puis Gordon a attaqué et nous sommes restés avec lui », avance Lincoln. Ce qui petit à petit tournera en un duel entre les deux premiers au général.
Mais après avoir opposé une résistance honorable dans la montée de Chamarel, Alan Gordon commence à faiblir. C’est donner à Lincoln, déjà confortablement installé en tête du classement avec ses 2’22 d’avance, l’occasion de creuser l’écart. Il entamera l’ascension de Plaine Champagne seul, mettant un peu plus d’écart à chaque kilomètre.
Toutefois, au sommet de Plaine Champagne, petit moment de panique : il est victime d’un saut de chaîne. « Mais heureusement que j’ai pu repartir tout de suite, même si ça a été difficile de repartir dans la bosse », sourit le vainqueur. Puis, après la montée, la descente vers la ligne d’arrivée, cette fois-ci en mode contre-la-montre. Il a abattu les derniers kilomètres, entre Nouvelle France et Plaza, seul, avec parfois le nez dans le vent. « Il fallait garder la tête froide et rester concentré. » Il a parcouru les 118,1 km de la dernière étape en 3h24’48, reléguant Alan Gordon à 4’54 sur l’étape.
Derrière lui, le Sud-Africain de la OwnSurance/V-Office ne peut que constater les dégâts. « Yannick était vraiment très fort cette année. » En effet, Lincoln a mis 13h32’15 pour parcourir les sept étapes (527 km) du Tour. Gordon, lui, en a mis 7’16 de plus. Une fois la ligne d’arrivée franchie, il est félicité par sa maman. Mais surtout, il ne réalise pas encore ce qu’il vient d’accomplir. « Je me concentrais un peu plus sur la victoire d’étape. Donc, ça va prendre quelques jours avant de prendre la mesure de ce que j’ai réussi. »
Derrière ce succès, il y a tout un travail d’équipe. Le VCJCC-Bank One a toujours protégé son leader. « Merci à mes coéquipiers. Ils ont été là, ils m’ont protégé et tout a marché selon nos plans. Une pensée également aux dirigeants, sans qui cette victoire ne serait rien », rappelle le nouveau recordman de victoires sur le Tour.
Il a également une pensée spéciale pour son jeune coéquipier Grégory Lagane, 9e du Tour dès sa première participation. « Il m’a épaté à chaque fois. Je lui dois mon succès en grande partie. » On l’a vu en effet, Lagane était toujours aux côtés de Lincoln durant la course. « C’était un choix calculé. Je l’avais amené expressément reconnaître les bosses afin d’être prêt. Ça a été payant », souligne Lincoln.
A-t-il été la proie du doute, pendant la semaine ? « Pas vraiment, mais les choses auraient été différentes si je n’avais pas fait un bon chrono vendredi matin. Et puis, j’étais confiant. » Au-delà de cette cinquième victoire, il y a aussi la question de savoir s’il revient l’année prochaine pour défendre son maillot jaune. « On ne sait pas. Si je fais encore du vélo, pourquoi pas. Mais je vais surtout aller vers le VTT », lance-t-il.
De leur côté, Alan Gordon et la OwnSurance/V-Office n’ont pas trop de regrets à avoir. Ils ont tout fait pour aller détrôner le maillot jaune, mais n’y sont jamais parvenus. « Il était vraiment très fort. L’équipe a bien travaillé. Alors, on ne peut pas avoir de regrets », soutient le premier porteur du maillot jaune. Et personnellement, il n’a pas de regrets non plus. « J’étais venu pour accrocher un Top 3. Je suis deuxième. L’année prochaine, je reviendrai encore plus fort », lâche-t-il.
Quant à Yannick Lincoln, il a déjà la tête à d’autres défis. « Je vais faire les championnats du monde de VTT le 30 juin en Autriche. C’était ma motivation cette année. » Le repos du guerrier avant d’aller de nouveau à l’assaut. Avec ses cinq Tours, il fait désormais partie du Panthéon du cyclisme mauricien.