Yannick Lincoln a remporté avec l’art et la manière l’édition 2012 du Trophée des Grimpeurs (67, 5 km) en 2h13’01. S’il ne s’est pas fait peur, en revanche, il aura causé une grande frayeur aux suiveurs. Il a attendu les derniers lacets de Bassin Blanc, au moment où Steward Pharmasse faiblissait, pour porter l’estocade finale et ainsi maintenir sa suprématie sur le Trophée des Grimpeurs.
« Non, je ne me suis pas fait peur », lâche Yannick Lincoln. Même quand Pharmasse avait 1’00 d’avance ? « Non. Je n’ai pas du tout paniqué. Peut-être que s’il avait eu 2’00, là, les choses auraient été différentes. »
Mais justement, que s’est-il passé pour que Lincoln, d’habitude plus offensif sur ce parcours, attende le dernier kilomètre ? « J’ai préféré attendre le dernier moment pour me mettre en mouvement », avance le vainqueur du jour.
Pour revenir à la course elle-même, le départ donné, les escarmouches fusent, bien que timidement. Sur la route entre Bambous et Flic-en-Flac, le peloton jouait à l’élastique. À Clarence (Casela), l’UCRH-Engen contrôlait la course. Petit fait marquant, toutes les équipes avaient un représentant devant.
L’échappée prenait son temps. À Tamarin, changement de cap : Fabien Halbwachs et Michael Khedoo laissaient leurs camarades d’échappée en plan. Derrière, Pharmasse mettait la tête dans le guidon et les rejoignait.
On aborde les lacets de Chamarel, première difficulté du jour. Khedoo, qui avait lâché entre-temps, voyait Halbwachs et Pharmasse s’éloigner. Derrière, le peloton, bien regroupé, s’apprêtait à attaquer la bosse.
À Baie-du-Cap, encore un changement à la tête des opérations. Cette fois, c’est le VCJCC-Bank One qui se retrouve aux commandes. En plaçant trois coureurs dans l’échappée, Yannick Lincoln, Fabien Halbwachs et Sébastien Tyack, les Curepipiens voulaient jouer leur chance. Khedoo a rejoint l’échappée dans la descente de Fantaisie.
L’audace de Pharmasse
On se dirige vers Montée Gaston, rampe de lancement pour aller affronter Bassin Blanc. Quelques autres coureurs, et pas des moindres, se joignent au groupe de tête. Pascal Ladaub, Gabriel Mayer, Thierry David arrivent en renfort. Le VCJCCBank One, qui s’assurait que son leader était bien placé, voit ses efforts réduits à néant.
Et contre toute attente, c’est celui qui n’a pas le profil d’un pur grimpeur qui se montrera le plus audacieux. Steward Pharmasse, qui est apparu très à l’aise dans les bosses de Chamarel, imprime un rythme d’enfer à la tête de la course. Dans les premiers kilomètres de Bassin Blanc, il compte déjà 34 secondes d’avance.
Chaque coup de pédale augmentait l’écart entre l’échappé et ses poursuivants. Pharmasse, qui possède plus un profil de rouleur-sprinteur, arriva très vite au seuil de la minute. Et c’est là que la défense Lincoln se met en branle.
« J’ai aimé aller le reprendre dans le dernier kilomètre. C’était un petit challenge », sourit Lincoln. Mais surtout, il sort au pas. Gabriel Mayer et Pascal Ladaub s’accrocheront un temps. Mais Lincoln gagnera en puissance.
Devant, Pharmasse serrait les dents et grimaçait. Il savait que son coup de poker ne tiendra plus très longtemps. « À ce moment, je n’avais plus de jus. Je savais que Yannick allait me reprendre », explique le coureur du BRSC-Isostar.
Et à un kilomètre de l’arrivée, les jeux étaient déjà faits. Lincoln dépose Pharmasse, qui finit deuxième. « Quand Yannick m’a repris, j’ai préféré m’accrocher à la deuxième place. »
Et Lincoln dans tout ça ? Il était heureux, parce qu’il a encore dompté la montagne. 2h13’01 pour Lincoln contre 2h13’52 créditées à Pharmasse : l’écart est assez conséquent. Pascal Ladaub arrive troisième tout comme l’année dernière. Son chrono pour les 67,5 km est de 2h14’19 devant le surprenant Gabriel Mayer (2h14’42).
Pharmasse avoue ne pas être trop déçu. « Je savais que les choses allaient être ainsi. Maintenant, on attend la suite. » La suite, c’est justement samedi prochain, avec un énième duel entre Yannick Lincoln et Steward Pharmasse lors du championnat national de contre-la-montre individuel.